Super Sub

  SUPER SUB
article paru dans Star Trek juin 2002
 

Dans le rôle du sous-commandeur T'Pol sur l'Enterprise, Jolène Blalock aide au retour de toute la mythologie vulcaine. Non seulement ça, mais sa photo coquine dans le magazine masculin Maxim l'a placé dans une position convoité de dernière sexe symbol femelle de Star Trek. Abbie Bernstein l'a interviewé sur la série, son attraction et ses oreilles pointues pour une nouvelle génération de fans.

Bien qu'elle soit très charmante, Jolène Blalock n'est cependant pas immédiatement identifiable comme l'alter-ego du sous-commandant T'Pol de l'Enterprise lorsqu'elle entre dans la salle d'interview de l'hotel Pasadena Ritz-Carlton. Alors que T'Pol est stricte et prudente, Jolène sourit et rit facilement. De plus, alors que T'Pol a des cheveux court et bruns foncés, les tresses de Jolène sont longues et souvent dorées. Elle n'a évidemment pas des oreilles identiques à T'Pol, et finalement, alors que T'Pol partage les destinés de ses compagnons, il apparaît que Jolène, à l'encôntre des journalistes de la salle, n'a pas apporté son déjeuner. "Je n'en ai pas" dit-elle avec un grand sourire. Eh bien dans le tournage de la première saison, Jolène a conservé son enthousiasme initial pour Enterprise. Ca aide qu'elle aime la série. Elle décrit sa réaction en voyant l'épisode pilote au théatre de la Paramoutn Pictures : "Je me suis assise devant cet énorme écran, mon agent s'est assis à ma gauche. Je commencais juste à grincer des dents et il dit : "Laisse le passer, parce que ce qui est fait est fait. Tu ne peux pas t'assoir ici et critiquer. Laisse le passer et laisse le être ce qu'il est." C'est ce que j'ai donc fait. Je l'ai regardé comme le public. Et je l'ai vraiment apprécié. J'ai été si impressionée avec ce qu'ils ont fait de tous ces effets. J'ai pu voir où passait tout l'argent. ils ont fait un travail si étonnant et c'était si passionnant de regarder les autres. Une fois que vous voyez ce travail assemblé avec les scènes où vous ne figurez pas, c'était géant."

Avant que la série ne soit diffusée, Jolène disait qu'elle se sentait concerné sur la façon dont la série serait perçue par les fans. "Au début vous vous dites, "Mon Dieu, je prie pour qu'ils l'apprécient, pour qu'ils l'adorent". Vous mettant dans un état de pré-établi, c'est effrayant, parce que non seulement vous avez une équipe jeune, mais il montre un peu de susceptibilité ici et la, faisant quelque chose de plus contemporain que ce que Star Trek a été avant. "Vont-t-ils l'accepter ? Vont-t-ils l'aimer ? Qu'est-ce qu'ils ne vont pas apprécier ?" Etant la Vulcaine, j'avais peur de mourir. Je veux dire, Spock étant l'homme qui a donné naissance aux vulcains, emboiter son pas, que puis-je faire pour survivre à celà ? Comment supporter ce flambeau ? Donc j'étais effrayée. Je remercie Dieu qu'ils l'aient accepté."
Donc comment exactement Jolène a perçu le support du Vulcain qu'était Leonard Nimoy ? "C'est quelque chose que nous avons tous en nous." dit-elle. "Toutes les fois que nous nous trouvons être confronté dans des situations extrêmes, nous nous lachons à la colère, nous avons envie de pleurer ou juste montrer ces intenses émotions que nous ressentons. Quelque fois nous faisaons l'opposé et nous ne faisons rien. Nous nous refermons complètement. Donc c'est basiquement ce qui arrive."
"Dans l'histoire des Vulcains, il y a actuellement une espèce volatile et c'est au détriment de la race. Avec le temps, pour préserver la race, ils ont trouvé la méditation. A travers elle, ils peuvent contrôller et supprimer ces émotions qui les détruisaient. Donc, ca ne veut pas dire qu'ils n'ont pas ces émotions. Ils les ont. Mais c'est l'importance de la méditation, gardant tout sous contrôle pour leur survie. Sinon, ils se détruiront eux-mêmes. Etant donné le comportement joyeux de Jolène, est-il difficile de jouer un personnage avec un tel comportement sévère ? "Après la coiffure, le maquillage, mettre l'uniform et les prothèses, j'ai du mal à retrouver Jolène. Une fois que j'ai tout celà, c'est moins un état d'esprit, c'est plus une personification." Les accessoires aident aussi. "Ma première impression en me promenant sur le pont était ce que vous pourriez imaginer qu'un pont de vaisseau serait dans 150 ans," dit-elle. "C'est très réaliste comparé à d'autres séries. Pour moi, les autres ponts ressemblent plus à des couloirs d'hotels, très beau, très belle moquette, panneau en bois. Ils sont comme une BMW ou une Roll Royces, le nôtre ressemble plus à un Hummer."
Une chose que Jolène dit avoir aimer voir c'est avoir affaire avec la famille de T'Pol. "J'aurais aimé y amener son père," a t-elle dit. Elle aurait aussi aimer explorer le côté plus privé des Vulcains : "Ce côté sombre des Vulcains."
Maintenant que Jolène a eu la chance de connaître T'Pol, qu'est-ce qu'elle aimerait ou n'aimerait pas pour son perssonage ? "Je ne sais pas ce que je n'aimerait pas tellement, excepté qu'elle ne puisse sourrire. Je déteste celà. mais elle prend plaisir à se développer. Elle change constamment. La chose que j'adore, et c'est ce qu'il y a à faire avec les auteurs, notemment Brannon Braga, chaque épisode décrit un arc, là où elle commence quelque part, elle finit ailleurs. Et j'aime ça. Donc, ça lui donne un endroit où aller et un endroit où expérimenter le changement.

La mode des cheveux aujourd'hui, long et sombre, c'est terminé, ne personifie pas quelques facettes de T'Pol. "J'ai eu une audition" explique Jolène. "Ils ont demandé à me voir en chatain, alors je me suis teint en chatain". Même si elle n'obtenait pas le rôle qu'elle est en train de lire, Jolène adore auditinner pour les séries. "Je me suis assise dans la salle pendant une heure avec Cameron Crowe auditionnant pour Vanilla Sky, le rôle de Cameron Diaz. Auditionner ne veut pas dire que je vais avoir le rôle, mais mon Dieu, j'ai adoré être dans cette salle. C'est super de rencontrer ces gens, parce que vous allez les rencontrer par hasard à nouveau. J'adore auditionner, et j'adore me balader dans cette salle et lire de bonne chose.

Mais Jolène note, il y a un bon sentiment dans le jeu de l'enterprise aussi. Quelque fois l'équipe devient un peu farceuse: "Je me souviens Scott Bakula et moi tournions une scène dans Shadows of P'Jem. Nous l'avons appelé la scène de la cabane de l'amour parce que nous étions collés dos à dos. Nous devions travailler serré l'un contre l'autre. Et puis le gag c'est que nous sommes tombés, et manifestement, nous ne pouvions plus bouger. Une fois que nous sommes tombé, pendant la répétition, toute l'équipe a chanté "Love Shack" du groupe B'52. Tout le monde s'est réunis et s'est mis à applaudir en chantant.

Mise a part être attaché physiquement au capitaine, les scriptes attachent-ils T'Pol romantiquement à quelqu'un d'autre ? "Je pense qu'il y a une chose qui m'agace un peu quand ça arrive" rétorque Jolène. "Il s'assure que je branche tout le monde". heu, litéralement ou figurativement ? "Les deux" dit-elle en riant.

 

 

 

 

Une partie de la dynamique qui rend T'Pol difficilement acceptable par l'équipage est l'habitude vulcaine de montrer les défauts dans les plans des humains. "Bien sûre, je vais commencer à parler" observe Jolène. "Bien sûre, je vais commencer à aspirer l'air de la situation et dire ; "Il y a des protocoles à respecter". Ca commence à devenir prévisible, mais ils ont commencer à le mélanger un peu, donc c'est pas si prévisible que ça. Elle va suivre sa voie indirectement plutôt que directement, parce que manifestement elle trouve que cela ne marche pas, qu'Archer ne va pas écouter. Je pense que c'est une relation amour-haine avec moi, chacun commence à devenir un petit peu plus agréable avec moi.

Jolène adore travailler avec d'autres personnages étrangers. "Ma race préférée est les Andoriens, ces petites antennes bleus. Jeffrey Combs, je l'adore. il se promène avec ses petites tongs et sa petite antenne, il l'adore."

Que pense Jolène de l'épisode The Andorian incident, dans lequel les vulcains agissent avec un manque d'honnêteté ? "Les vulcains sont dans l'espace depuis longtemps, beaucoup plus que les humains. On peut le comparer avec l'église catholique. Il y a le bon et il y a le mauvais. La puissance est la puissance. Beaucoup de gens ont fait de drôles de choses avec la puissance. Nous pouvons être une espèce supérieure, nous pouvons contrôler, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas peur de perdre ce contrôle."

Enterprise développe aussi de solides liens émotionels entre les personnages. " Je vois les elations se former entre les personnages, et encore, je suis toujours à l'écart." songe Jolène. "Mais maintenant, ils construisent le début de la loyauté qui se trouvait dans Star Trek TOS entre Kirk, Bones et Spock. Une chose qu'ils font et que j'adore, c'est qu'ils ne se précipitent pas dans cette loyauté, ils montrent la progression de cette loyauté. Ca se développe juste comme j'aimerais que ça soit, actuellement. Comme je disait, Brannon Braga est un écrivain étonnant. Une chose que j'adorait dans Star Trek TOS, quand j'étais petite fille, était leur complète loyauté. Un de mes épisodes favoris de tout temps était Amok Time, quand Spock pense avoir tué son capitaine.

"Il n'y a rien de plus puissant que cette loyauté. Et c'est ce que j'adore, parce que, wow, si jamais vous trouviez ça dans votre vie, ne la laissez pas partir. Traitez la avec respect, parce que c'est rare."

Les meilleurs épisodes de T'Pol.
- Broken Bow
- Strange new world
- Andorian incident
- Breaking the ice
- Shadows of P'Jem
- Sleeping dogs
- Fusion