Album Première Année



Le caractère unique de "Deep Space Nine" vient de ce que nous avons été tenus de faire pour le réaliser. "La Nouvelle Génération" passait à la télé, les séries allaient se chevaucher pendant deux ans et il n'était pas bon que l'histoire se passe sur un autre vaisseau. Nous ne voulions pas de l'Enterprise et d'un "autre truc" qui y ressemble. Les circonstances nous ont forcés à créer une série "sédentaire", qui se passerait sur une station spatiale près d'une planète.
 

 






Il y a beaucoup de personnalités et d'extraterrestres différents, et nous essayons de vivre en harmonie. Beaucoup de gens avec des idées fortes.
 

 




"Deep Space Nine" est plus cru que "La Nouvelle Génération". Nous sommes au coeur de la destruction, nous remettons de l'ordre. Nous arrivons juste à la fin d'une guerre entre les Bajorans et les Cardassiens. Nous sommes comme des envoyés de l'ONU venus aider les Bajorans.
 

 




Les cardassiens, après avoir pillé la planète, sont réapparus. Sisko, qui n'a jamais vu de cardassiens - il les a étudiés, mais n'en a jamais vu - doit reprendre le commandement et faire en sorte que la destruction s'arrête là. Il se retrouve aussit6t confronté à Gui Dukat, le cardassien.
 

 




Comme vous pouvez le constater, les commandes sont étranges car c'était une station spatiale extraterrestre. La série se distingue ainsi de "La Nouvelle Génération" ou de la série originale, celle où vous avez l'Enterprise, qui est l'environnement parfait. Ici tout est plus sombre, plus sinistre et rien ne marche. Le tout n'est qu'un énorme chantier.
 

 




Je trouve "Deep Space Nine" plus sinistre, plus imprévisible dans le bon sens du terme, non pas que "La Nouvelle Génération" soit prévisible. Au contraire de "La Nouvelle Génération", la qualité ici est imprévisible. Les machines ne marchent pas toujours. Lorsque vous appuyez sur un bouton, vous ne savez jamais si vous lancez une torpille à photons ou bien rien du tout.
 

 




cette station spatiale se trouve aussi à la limite d'un vortex que l'on découvre dans l'épisode pilote. Le vortex est un raccourci pour atteindre d'autres endroits de la galaxie en une fraction du temps normalement nécessaire. cela en fait donc un endroit très fréquenté. C'est une sorte de carrefour de l'univers.
 

 




Au début, nous sommes comme des pionniers. Rick Berman aurait d'ailleurs dit que "Deep Space Nine" était comme le Fort Laramie, situé très loin, à la frontière. Nous trouvant à la frontière, nous rencontrons de nombreux êtres venant de tout l'univers... qui passent par là. C'est une porte vers une toute autre partie de la galaxie.
 

 



C'est une histoire très compliquée, en fait. Nous retournons dans la mémoire de Sisko. Nous revenons sur différentes choses car ces orbes, qu'il doit aller chercher, ne peuvent prendre la forme, ou ne peuvent se manifester qu'à travers la mémoire de l'être avec lequel ils ont pris contact, ici, un humain. Ils peuvent seulement se manifester sous forme d'êtres humains, donc vous revoyez plusieurs épisodes de son passé. Avec Picard... Avec sa femme, son fils... Il doit expliquer, en fait, défendre l'espèce humaine.
 

 





Je trouve cela très intéressant. Beaucoup de choses deviennent possibles : des endroits que nous n'avons jamais vuS, de nouveaux extraterrestres que nous devons rencontrer, partout des territoires inconnus.
 

 


Construction de la station




Nous n'avions pas de script au départ, nous avions un concept. Michael Piller et Rick Berman avaient une méthode et beaucoup d'idées, mais nous n'avions pas de mots auxquels nous raccrocher. La station ressemble à des anneaux bizarres qui flottent dans l'espace.
 

 






ceci fait partie de l'Ops, qui est l'équivalent de la passerelle sur l'Enterprise. C'est le centre d'opérations de Deep Space 9.
 

 

 
 
Si c'était un vaisseau, ce que ce n'est pas, ce serait une passerelle. Le décor est une combinaison de différents décors de "La Nouvelle Génération" que vous reconnaissez peut-être. Le bureau du commandant ressemble beaucoup à celui du capitaine. Le bureau du commandant fonctionne de la même manière que la salle de réunion de "La Nouvelle Génération", où vous pouvez avoir des conversations privées. Il peut aussi accueillir un groupe assez nombreux car c'est un décor de bonne taille. Il y a une fenêtre sur l'espace d'où vous pouvez contempler les étoiles. cette table est le point central du centre d'opérations. Voilà la table des opérations. Un graphique au centre de la table représente le plan des étages de la station. La station est circulaire, avec trois bras qui soutiennent les anneaux d'environnement. Il y a des anneaux d'environnement et de chargement. L'anneau central est la Promenade et ce petit point est le centre d'opérations où nous nous trouvons maintenant. Le centre d'opérations a deux ascenseurs qui vous emmènent dans toute la station. Nous avons aussi accès à des escaliers qui mènent directement à une pièce sous celle-ci. cette zone verte derrière moi est le téléporteur. On peut se téléporter directement au centre d'opérations, ce qui se révèle très utile. J'ai aussi derrière moi la station scientifique. Nous avons un officier scientifique, Dax, qui est une Trill. De l'autre côté se trouve le bâtiment de l'ingénierie, dont O'Brien, qui vient de "La Nouvelle Génération", est responsable. C'est une zone assez vaste. Tous ces éléments ont fini réunis dans un décor. C'est ce qui est intéressant, car tous les personnages principaux sont ensemble lors des moments de crise.

 

 
 
 

 

 
 
 
Le bar de Quark. Trois étages, les holosuites au deuxième et troisième étages, le jeu et les repas au premier, quoiqu'on boive plus qu'on ne mange. Quark est ferengi et on ne lui fait pas totalement confiance, mais il fait plutôt partie des "gentils". Le bar est le point de rencontre de la ville. La Promenade est comme une ville, on peut même dire que c'est le Fort Laramie de l'espace. Le bureau de la sécurité est le bureau du shérif, le bar est, bien sûr, le saloon. Les suites au-dessus du bar sont l'hôtel. Il y a un autre restaurant en plein air, une église, qui est ici un temple bajoran, il y a le cabinet du docteur, qui est ici notre infirmerie, puis la rue, qui est la vie de la station. Il est possible d'y rencontrer des étrangers, sans confrontation. Le potentiel d'histoires est énorme si l'on se base sur les mélanges culturels entre autant de planètes.

 


Pour la scène de bataille de l'épisode pilote de "Deep Space Nine", on a fini par filmer quelque chose qui se serait passé il y a plusieurs années dans "La Nouvelle Génération". Nous avons fait référence à cette énorme bataille qu'on avait pas pu se permettre de faire alors, et on a fait une bataille aussi impressionnante que possible dans le délai qui nous était imparti. Tout reposait sur un seul personnage, Sisko. On prenait toujours son vaisseau en train de faire quelque chose, son vaisseau qui explosait, des feux, des choses qui lui arrivaient. Tout est pris en biais à partir d'un certain point de vue. C'est énorme, une des plus grandes scènes qu'on n'ait jamais faites et le tournage a pris 13 ou 14 jours. Sur un épisode normal, le tournage dure en moyenne quatre jours.
 

 

 
 
 

 




Il faut sept mois pour concevoir et construire des modèles. Même à la dernière minute, la peinture n'est pas encore sèche mais il faut tourner. cela se passe comme ça. On fait un long métrage sur un planning de télévision. On essaie de réaliser une tâche énorme en un minimum de temps.
 

 

 
 
 

 


Maquillage


Je m'appelle Michael Westmore. Je suis le chef maquilleur. Voilà un de nos laboratoires... un parmi tant d'autres, vu le nombre de personnages que nous devons créer. On fait de tout dans l'enceinte du studio. Un des concepts les plus fascinants est l'échange de personnages entre les séries, comme le Ferengi par exemple. Les Ferengis ont aussi évolué au cours des années, la tête, le nez, les joues, la double rangée de dents de piranhas. ce croisement de personnages est intéressant, ainsi que le fait de relier les deux séries. On ne sait jamais qui de "La Nouvelle Génération" sera dans "Deep Space" et vice-versa. Un des défis du service maquillage sur "Deep Space" est d'avoir affaire à plusieurs races. L'une est les Bajorans, l'autre les Cardassiens. Les Bajorans ont une petite excroissance en haut du nez. Elle doit être appliquée chaque jour sur les Bajorans, et nous devons prévoir assez de maquilleurs. Il faut une heure pour appliquer un nez. Pour les Cardassiens, les "méchants" de "Deep Space", le maquillage dure quatre heures. On doit appliquer des épaules, une tête, des oreilles, un menton, un nez et comme cela prend beaucoup de temps, on essaie d'utiliser deux maquilleurs.
 

 

 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
Deep Space 9 est une station spatiale extraterrestre désormais sous contrôle de Starfleet au fin fond de la galaxie, près d'un vortex qui permet de passer d'une partie de l'univers à une autre. C'est un véhicule très intéressant pour les histoires de science-fiction de "Star Trek".

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 1