L'histoire de Quark

Dans "Deep Space Nine", je joue le rôle de Quark, le barman ferengi. Je suis responsable des jeux, du bar, et de plusieurs des ignobles affaires qui foisonnent sur la station.
Je m'entends plutôt bien avec la plupart des occupants, mais la Fédération ne m'aime pas beaucoup. Ils pensent que je suis répugnant, alors que je me trouve charmant. Ils jugent mes actes répréhensibles, alors que j'ai un code éthique. Mais ils ont besoin de moi, car je suis chef de communauté et capitaliste.
Les Ferengis dans la bible "Star Trek" sont de petits humanoïdes, qui sont les capitalistes de l'espace. Pour moi, ce sont les requins de la finance du futur. Nous sommes là pour faire de l'argent, peu importe la manière. Dans la première saison de "Star Trek : La Nouvelle Génération", les Ferengis sont mentionnés dans plusieurs épisodes, et puis, vers l'épisode cinq ou six, ils ont décidé de nous montrer. J'ai, en quelque sorte, laissé mon empreinte dans le ciment de cette race.
Nous étions des créatures très féroces, capitalistes et sauvages.
 

 


Il n'y a jamais eu de race dans "Star Trek" plus inadéquate que les Ferengis à leur arrivée. C'était un désastre.
"Deep Space Nine" et Armin Shimerman, ainsi que Quark et d'autres personnages, ont fait des Ferengis une race plaisante que l'on affectionne.
Pour moi, les Ferengis, encore plus qu'O'Brien, sont ceux qui se rapprochent le plus des humains du XX ème siècle. C'est nous. Ils ont l'énergie des humains du XX ème siècle, ils ont les mêmes pulsions, la même avidité, ils ont la même perception de leur identité que nous. Leur faire confiance prend du temps. Et une fois qu'on les comprend, ils sont fantastiques. Comme nous, ils repoussent sans cesse leurs limites. Que pourrait-on demander de plus?
 

 




La Fédération s'efforce de maintenir la paix et la stabilité dans ce secteur de l'espace. Je me considère comme le chef des Ferengis. Seules les choses qui peuvent me rapporter m'intéressent. Si la prospérité et la stabilité ne sont pas rentables, je me tourne vers les Cardassiens, qui attendent à la frontière, prêts à prendre la relève, au cas où la Fédération partirait.
 

 



Au début, son personnage était plutôt cupide et insidieux, comme celui de "La Nouvelle Génération".
En vivant sur Deep Space Nine, une petite communauté d'autres races, surtout des humains et des Bajorans, il se met à assimiler leurs coutumes. Son attitude devient de plus en plus humaine, de plus en plus compréhensive, de plus en plus sympathique. Quark ajoute des cordes à son arc. A un tel point que le peuple ferengi révoque sa citoyenneté à un moment au cours des sept années. Après un récit sur plusieurs épisodes, Quark redevient citoyen ferengi.
 

 


D'après moi, "Les petits hommes verts", une comédie sur l'affaire Roswell, a été un changement de rythme idéal pour nous.
 

 




Ce ne sont plus les martiens qui débarquent à Roswell, mais des Ferengis qui retournent dans le passé. Quark, bien sûr, profite de l'occasion, et essaie de leur vendre du matériel du XXIVe siècle à un super prix.
Il finit par se retrouver dans le pétrin et s'en sort de justesse grâce à l'aide de son ami, Odo.
 

 




Je suis un grand fan de la série originale. L'épisode des tribules a bien entendu été l'un des meilleurs. Voilà que tout à coup, l'histoire se répète. Le plateau entier était rempli de tribules, et, où que nous allions, il fallait se frayer un chemin à travers eux. Ça ressemble à ces histoires de science-fiction quand quelqu'un se retrouve face à une situation historique.
 

 


Je suis agréablement surpris de voir combien les rapports se sont enrichis. Nous avons affaire à Quark et à son frère Rom, Nog, le fils de Rom, la mère de Quark et le Grand Nagus.
Nous avons développé une fabuleuse relation entre Odo et Quark, qui se chamaillent sans cesse, le bon contre le méchant.
Sa relation avec le Grand Nagus est une relation père-fils.
Il a été Grand Nagus l'espace de cinq minutes.
Mes meilleurs moments, je les ai passés en travaillant avec Wally Shawn... Max Grodénchik, Aron Eisenberg, et cecily Adams. Quand tous les Ferengis étaient rassemblés, non seulement j'avais le coeur en fête, mais je crois que l'équipe passait aussi de bons moments.
 

 


Armin et le maquillage



J'arrive très tôt, entre 4h et 6h30 du matin. Il faut environ trois heures pour mettre les prothèses en place. En fait, mon maquillage est composé de deux prothèses. L'une d'elles est une chose qui ressemble à un casque qui va des sourcils à la nuque en recouvrant toute la tête. L'autre prothèse va d'une oreille à l'autre en passant par mon nez. Une fois collées sur mon visage, elles sont peintes. cela prend une autre heure. L'opération entière prend trois heures.
 

 


Armin et Star Trek


Je me souviens d'être devant la télé, quand la série est passée pour la première fois. J'ai vu la plupart des épisodes originaux lors de leur première diffusion. En tout cas, j'ai vu les rediffusions. Vous ne pouvez pas imaginer ma joie quand ils m'ont choisi pour le rôle. J'ai sauté de joie en raccrochant le téléphone, parce que j'allais faire partie du même cercle que des gens comme Leonard Nimoy, Walter Koening et George Takei, sans parler des gens de "La Nouvelle Génération" dont je suis un grand fan. Pour moi, l'aventure toute entière, être dans "Star Trek", c'est un peu comme d'avoir gagné au loto. Si j'utilise sans cesse cette même image, c'est parce qu'elle me vient toujours à l'esprit. Je passe un moment formidable, ma vie est la meilleure qui soit.
 

 




Grice à cela, j'ai eu l'occasion incroyable de pouvoir améliorer mes talents d'acteur. Vu que je travaille chaque semaine sur la série, je peux essayer différents styles de jeu, différentes approches au jeu, et j'en tirerai un savoir et une éducation que j'ai acquis en faisant cette série. Et j'espère que j'en tirerai quelques amis qui le resteront toute ma vie.
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 2