Section 31 : Fichiers cachés

Fichier caché 01

 
 
Ils ont fait de moi une cardassienne. Non pas que j'aie quelque chose contre les cardassiens... Kira, oui. Mais le maquillage. Je tire mon chapeau aux acteurs qui portent un tel maquillage tous les jours. Je ne sais pas comment ils faisaient. Je devais arriver à 1h30 du matin. A 7hOO, tous les autres commençaient leur journée. Très vite, le pauvre Les Landau, c'était lui, le réalisateur. Je me souviens qu'après 20 ou 21 heures sous ce maquillage qui recouvrait mon cou, mon nez... Je devenais claustrophobe et on avait filmé toute la joumée, je me souviens d'avoir dit à Les : "Ça suffit" avec un regard froid. "On arrête." Il a répondu : "Non, je dois faire un plan arrière." J'ai répété : "On arrête". Il a dit : "Non, je fais un plan arrière". C'était l'impasse. Et j'ai commencé à retirer le plastique en disant: "Non, c'est tout !" Il a compris. C'est quelque chose que tout le monde a fini par comprendre. ceux SOUS un tel maquillage, après un certain nombre d'heures, il faut comprendre qu'ils aient pu atteindre leur limite car c'était dur. J'étais l'une des plus compatissantes après avoir dû être maquillée en cardassienne. C'était très dur.

 


Fichier caché 02




"Seconde peau" a commencé différemment. J'ai oublié l'origine exacte de l'épisode. Mais l'idée que l'identité est insaisissable... Qui sommes-nous vraiment ? Kira, qui pense qu'elle fait partie de la race qui est le diable incamé pour elle, apprend que ce sont des personnes. Et il y a aussi la relation père-fille. Elle finit par se rendre compte qu'elle est semblable à ces gens.
 

 




Elle ne sait plus qui elle est, si on l'a substituée ou pas. Dans ma version originale, Bashir ne pouvait pas dire si elle était bajorane ou cardassienne. J'ai toujours préféré cette version. Au final, ça permet à Kira de faire un choix et elle comprend que c'est sans importance. Elle est restée Kira Nerys. Qu'elle soit la vraie Kira Nerys ou un substitut. Elle est Kira Nerys et ça n'a pas d'importance. Votre identité, c'est qui vous êtes. Peu importe comment vous le devenez. Si vous le restez assez longtemps, ça devient une vérité.
 

 




L'autre truc qui était bien, c'est qu'il y avait deux superbes invités. Il y a Gregory Sierra, le flic latino dans "Barney Mille!", qui joue l'agent de la Gestapo que Garak tue, et Lawrence Pressman de "St. Elsewhere" qui joue le père de Kira. On a eu beaucoup de chance pour le casting des invités. Vu que Michael et Ira adoraient le cinéma et la télévision, ils avaient un savoir encyclopédique sur tous ces gens. Ils se sont ainsi souvenus de ces merveilleux acteurs avec lesquels ils voulaient travailler. On a vraiment eu beaucoup de chance. On a eu de fantastiques invités.
 

 


Fichier caché 03


"Affaires de famille" est un épisode ferengi. On pensait qu'il était important de voir le côté comique. La série classique ne s'est jamais prise trop au sérieux. Il y avait toujours de l'humour. Les épisodes humoristiques font partie des plus mémorables. Les Ferengis nous ont servi de prétexte pour donner dans la farce et la satire et ce qu'on ne peut pas faire en science-fiction.
On a pu montrer les relations dysfonctionnelles entre Quark, Rom, Moogie, Zek et tous ces gens, qui sont le reflet de nos propres relations.
On se moque de tout le monde au travers des Ferengis. C'est nous. C'est ça qui est drôle, les Ferengis sont humains.
 

 

 
 
 
Ils sont plus humains que les humains. Ils sont vraiment dérangés et dysfonctionnels. Le mot "ferengi" provient du terme afghan et farsi pour "occidental". Il signifie donc "européen". Les Ferengis sont donc des Européens, mais aussi des Américains. ce sont des gens normaux, et c'est ça qui est bien chez eux. Ils sont évidemment poussés à l'extrême et parfois même jusqu'à la caricature. Mais les meilleures caricatures s'inspirent de nous. C'est pour cela qu'on aimait bien les épisodes ferengis.

 


Fichier caché 04


Parfois on est tellement débordés qu'on a des millions de dessins à faire. Et parfois, on a des périodes creuses et plein de temps à occuper. Pour le tournage de cet épisode, je ne me souviens plus si j'étais débordé, mais j'ai eu le temps de faire des affiches psychédéliques pour cette prise très courte où ils sont projetés dans le temps, dans les années 60, et il y a des gars dans un minibus hippy et des affiches sur le mur. Et Laura Richards, la décoratrice, avait un livre sur les affiches psychédéliques. On en a reproduit trois ou quatre. On a écrit les noms des gens de l'équipe dessus. C'était un truc marrant à faire. L'affiche très colorée n'apparaît pas longtemps à l'écran. C'est moi qui l'ai peinte. C'était drôle.
 

 

 
 
 

 


Fichier caché 05




C'est l'un des épisodes les plus intenses que j'ai faits à cause de la relation entre Garak et Odo. Il y a une scène où le visage de Rene se décompose et il est en train de mourir. Je ne me suis jamais autant amusé, du point de vue de l'intensité, quand ils sont l'un à côté de l'autre. Je leur répétais de rapprocher leur visage encore plus. Le sentiment d'intimité était incroyable. On aurait dit une histoire d'amour sans le côté sexuel. Mais l'intensité de ce moment était incroyable.
 

 

 
 
J'aime aussi cet épisode pour la scène finale, où... on l'a filmée dans le miroir. Je ne savais pas si le producteur allait aimer, mais il a bien aimé parce qu'Odo n'est qu'une ombre en arrière-plan. C'était le moment idéal pour une telle scène et elle résumait tout l'épisode. J'ai adoré la mettre en scène et filmer les images dans le miroir, j'adore faire ça de toute façon, parce que... Qu'est-ce qui est réel ? L'image est réelle ou quoi ? J'ai trouvé que la scène finale posait la question.

 


Fichier caché 06


On faisait tout en miniature à cette époque. La métamorphose est la seule chose qui a été faite en numérique. J'ai demandé à Greg Jein de construire un plateau miniature pour le paysage. La miniature faisait 9 mètres de large et il y avait un îlot au milieu et des éléments au premier plan et une zone entre les deux qui est devenue le lac. La miniature ne sert vraiment que pour donner une idée du lac et voir les personnages en sortir. Une fois cela fait, le décor derrière les acteurs est le décor du plateau. Alors on a minimisé cette toile de fond miniature. C'est un décor très intéressant en fait. Avec cette lueur subtile qu'il y avait... Jonathan West a ajouté cette lueur subtile, très jolie de la surface de l'eau sur leurs visages. Ça a eu l'air de vraiment très bien marcher.
 

 

 
 

 


Fichier caché 07

Dans "La Nouvelle Génération", quand on introduit des choses comme l'explosion... A l'origine, l'explosion du cube a été créée comme une scène générique. Le vaisseau devait disparaître et on devait superposer l'explosion. Dans "Deep Space Nine", le producteur voulait surtout plus de choses dynamiques du niveau des longs métrages. Ils avaient toujours exigé la plus grande qualité, mais là, c'étaient surtout les effets visuels qui les intéressaient. Alors, nous avons construit une maquette de la station entière, une maquette de deux mètres. On l'a amenée sur l'un des plateaux et accrochée à dix mètres de haut, puis on l'a fait exploser en 10 ou 15 étapes, en utilisant une caméra qui filme 360 images par seconde. L'explosion de DS9 a été réalisée exactement comme elle l'aurait été pour n'importe quel film de cinéma. Comme on l'a fait pour la télé, on n'avait ni le temps, ni l'argent, mais on l'a fait, grâce au bon travail de Tony Meininger, qui avait gardé les moules de DS9. Il nous en a fait quelques maquettes pour qu'on puisse la reconstituer.
 

 

 
 
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 3