Dossier de l'équipage Worf

 
 

 



C'est un personnage formidable parce qu'il fait toujours le contraire de ce qu'on attend de lui. Bien sûr, Worf est bourru et renfrogné. Mais en plus, j'aime sa façon de voir les choses. Elle en fait un personnage intéressant à jouer. Je suis comme ça moi-même. Quand j'aborde un rôle, je me demande toujours comment le rendre intéressant. Avec Worf, chaque situation est intéressante. Et il n'y a aucune limite. Qu'est-ce que les Klingons ne feraient pas ? Je suis klingon. Il n'y a aucune limite, on peut aller aussi loin qu'on veut, être aussi bourru, renfrogné, distant et rabat-joie qu'on veut. Ça passe.
 

 





ce qui m'a plu dans ce personnage, que j'ai toujours aimé, je me sens proche de lui, c'était l'idée qu'il évoluerait pour prendre une plus grande place dans l'univers de "Star Trek". C'est quelque chose qui m'a plu. J'ai dit aux producteurs que c'était ça qui m'avait incité à revenir.
 

 





L'intrigue se résume ainsi : Worf, dans sa carrière, comme dans toute carrière militaire, se doit d'accomplir quelque chose avant d'être promu. Soudain, Deep Space 9 a des problèmes avec les Klingons. La situation est explosive. Il faut quelqu'un de Starfleet qui comprenne les Klingons. Worf est donc le candidat idéal.
 

 


Quand j'ai quitté la série en 94, le maquillage pour moi, c'était fini. Je ne voulais plus jamais repasser par là. Pour un film à la rigueur, mais pas une série. Mais ils ont su me donner envie de revenir. Une fois que je me suis fait à la nouvelle série, j'ai eu envie de... J'ai pensé que Worf devrait montrer à l'égard de la station et des personnages un léger dédain. Il y a beaucoup de gens sur la station qu'il n'aime pas. Il y a les Ferengis et toutes ces autres créatures. Lui se demande ce qu'il fait là. Du coup, les scénaristes sont aussi partis dans cette direction. Encore une fois, Worf est le personnage à part. Quand tout le monde trouve ça super, lui trouve ça bizarre. Il élit domicile seul à bord du Defiant dans une minuscule cabine. J'ai trouvé ça super. L'histoire était parfaite.
 

 


Ça m'a surpris qu'ils veuillent me voir revenir. J'avais une conception très stricte de mon personnage. Le meilleur exemple, c'est l'épisode "Insurrection". Riker dit à Worf : "Le conseiller Troi et moi sortons ensemble." "Croyez-vous qu'une fois partis, nous serons encore ensemble ?" Et je devais répliquer : "Eh bien, vous et le conseiller Troi..." Ça n'en finissait pas et on n'arrivait pas à trouver. Jonathan réalisait. Je lui proposais des choses. Mais ça n'allait pas. Alors j'ai dit : "En gros, il dit non." Pas la peine d'ajouter autre chose. Je suis toujours resté fidèle à ce genre de choses. Je disais à Ira par exemple: "II ne dirait pas ça. II répondrait juste par oui ou par non." Ça fait son charme, il est comme ça.
 

 



ce qu'il y a avec Worf... c'est qu'il cache très bien son jeu. Il n'est pas un Klingon ordinaire. Le Klingon ordinaire, comme Martok, se comprend au premier regard. Le vin, les femmes et la mort ! Worf a grandi parmi les humains et ça l'a marqué profondément. Il cache donc très bien son jeu. Chez Worf, on est à l'affût des moindres nuances. On s'est beaucoup amusés avec Worf. Sa relation avec Jadzia dont il tombe amoureux... On n'avait pas prévu ça quand Worf est arrivé dans la série. Quand on les a vus jouer ensemble, ça a fait tilt pour tout le monde. Le couple de télé parfait, si tant est que ça existe.
 

 

 
 

 


Jadzia Dax

 
 

 




L'événement le plus marquant de son évolution a été sa relation avec Jadzia. Ça a permis à Worf de s'ouvrir et de se montrer sous un jour totalement nouveau. C'est l'époux. Et elle a elle-même une forte personnalité, contrairement à ses ex-partenaires, à part la première. Elle a une forte personnalité et la sagesse d'une femme de 300 ans. C'est intimidant pour quelqu'un d'égotiste tel que Worf.
 

 





Terry a un formidable instinct. On se retrouvait et on improvisait des tas de trucs, comme ça, sur le moment. Je fais près d'1m93 et elle aussi est très grande. Les rapports physiques étaient faciles.
 

 




C'était un mélange intéressant. J'ai beaucoup aimé chaque personnage. Non pas le personnage en tant que tel, mais la personne, la personne derrière chaque personnage. Nana et moi sommes devenus très proches. Rene. C'était différent de "TNG", mais je me suis beaucoup amusé. Toute l'histoire avec Terry Farrell était absolument fantastique. Travailler avec elle a beaucoup apporté à mon personnage. J'avais largement de quoi jouer. Et en plus, elle est jolie. Elle est absolument magnifique.
 

 

 
 

 

 
 
C'était très excitant. On a suivi cette relation jusqu'à la mort. L'avantage en science-fiction, c'est qu'il y a un après. Sa relation avec Jadzia a droit à une conclusion grâce au nouveau Dax.

 


Double rôle




J'avais deux loges, j'adorais ça. Deux vestiaires. Marina et Patrick, ça les rendait dingues. Je leur disais : "Vous gagnez peut-être plus, mais moi, j'ai deux loges". Laquelle vais-je choisir aujourd'hui ? Je ne sais pas." Je trouvais ça cool. Pour un acteur, ce n'était pas... On n'en fait pas une montagne. Ça ne change aucunement notre façon de jouer. Mais j'étais la Heather Locklear de "Star Trek". Elle jouait dans deux séries et je voulais faire pareil. Etre dans deux séries à la fois.
 

 

 
 
Petite anecdote. J'assistais à l'avant-première de "Premier contact". Des membres de l'équipe de "Deep Space" étaient présents. Après le film, Avery me dit : "T'avais-je donné la permission de prendre le Defiant ? Aux dernières nouvelles, il était à la station. Et là dans le film, on te voit avec et il est détruit. Tu pourrais demander, non ?" C'est assez drôle.

 

 
 
ce qu'on a aimé faire avec Worf, étant donné que "DS9" est une série sur l'amitié masculine, ça a été de lui trouver un ami de qui se rapprocher. Martok. On lui a donné un ami klingon. A la fin, ils partent ensemble. C'est très beau.

 



Seul le temps nous dira quelle aura été ma contribution. J'aimerais croire qu'en endossant un personnage qui, au départ, n'était qu'un personnage secondaire, j'ai pu contribuer à le mettre sous les projecteurs. L'intention n'était pas de devenir la star de la série. Le personnage était là, mais en arrière-plan. J'ai pu mettre ce que j'ai voulu dans ce personnage pour le rapprocher du devant de la scène. Ça a bien marché, car de tous les personnages... Le personnage de Worf s'est bien intégré à la série et a pu l'enrichir au fil des ans. Si on devait se souvenir de moi, j'aimerais que ce soit pour ça.
 

 

 
 
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 4