Enquête sur la mission : Au-delà des étoiles

 
 

 





C'est l'histoire d'un écrivain de science-fiction. Une idée fascinante. Il s'est heurté au racisme. Ça n'avait rien de nouveau. C'était comme ça. Point final. C'était une histoire très forte.
 

 

"Au-delà des étoiles" est mon épisode préféré. C'est de la science-fiction à l'état pur.
 
Un excellent épisode. L'un des meilleurs de la série. Avery a fait un travail de mise en scène incroyable.
 

 






Il aurait dû être en deux parties. Il a été tourné de façon remarquable. Ils se sont donné beaucoup de mal pour faire un décor des années 40. cet épisode aurait da être plus long.
 

 

 
 
 

 

 
 

 




Le meilleur de Star Trek traite de problèmes de société. On pourrait dire qu'il s'agit de préjugés des années 50, mais il faut voir qu'on est au XXIe siècle et que le problème perdure. Il faut qu'on nous le rappelle, et c'est ce que cet épisode fait Amerveille.
 

 

 
 

 




N'importe qui peut écrire sur le sujet, mais on n'a pas besoin de reprendre tout ce que l'on voit... Parfois on en fait trop, on exagère. Mais cet épisode a été conçu et tourné de manière fabuleuse. Malgré tout... Au fond de moi, il m'a touchée.
 

 

 
 
 

 



On disait qu'il traitait de racisme. Oui, mais pas forcément. Il traite principalement de l'Amérique. Le racisme est l'une de nos réalités. Tout comme le sexisme. Ces choses sont liées à notre identité. Quand on parle de notre identité, on doit aborder ces questions en termes de comportement, d'attitude des gens. La couleur n'a pas vraiment de rapport. "Au-delà des étoiles" parle d'un homme qui conçoit quelque chose qui dépasse les limites de l'imagination des autres. Par conséquent, il passe pour un fou.
 

 





Tout ce qui se rapporte à Deep Space Nine, absolument tout, est le fruit de l'imagination d'un écrivain de science-fiction afro-américain se cachant sous une signature à cause des préjugés. C'est un tournant incroyable.
 

 




Il ouvre le rideau pour vous montrer que derrière ces acteurs... que tout le monde rencontre, se cachent les scénaristes. Et ce sont les scénaristes qui créent ces gens, qui les font parler, qui leur font faire des choses et qui montrent au public que ce sont eux les vrais créateurs. Nous sommes les interprètes et eux, les vrais créateurs.
 

 

 
 
 

 

C'était bien pour les acteurs. Pour la 1re fois, la plupart d'entre eux ne portaient pas de prothèses.
 
Armin et Rene méritaient qu'on les voie. De même que Jeff, Alaimo et JG. C'était bien de voir leur visage pour une fois.
 

 


Nos personnages nous intéressaient. C'était l'occasion de jouer un rôle qui n'était pas celui de notre personnage de Klingon. C'est souvent comme ça dans Star Trek. On joue un rôle, mais en fait c'est notre propre rôle. Mais là, nous jouions un rôle complètement différent. Quand ils préparaient l'épisode, Ira est venu me voir avec hésitation et m'a demandé: "Ça vous ennuierait de jouer le rôle du méchant, le rôle de l'adversaire ?" J'ai répondu que je voulais d'abord voir le scénario. On m'a donné l'une des premières versions et je suis sorti sur le trottoir et l'ai appelé. Je lui ai dit : "C'est super." Il a répondu : "Alors vous voulez bien jouer le rôle du méchant ?" Je lui ai dit que c'était mon gagne-pain, que j'étais acteur de composition.
 

 



C'était vraiment bizarre. Je me rappelle que durant le tournage d'une scène, Pat, notre accessoiriste, est venu me voir en secouant la tête. Je lui ai demandé pourquoi il secouait la tête. "Je ne m'habitue pas à vous voir sans tout le maquillage." J'ai répondu qu'il me voyait tout le temps comme ça. Il a dit: "Mais jamais au travail." cet épisode a permis à beaucoup de gens de voir comment j'étais.
 

 

Voir tout le monde sans costumes jouer une version un peu différente de leur personnage, permettait de voir la source d'inspiration du scénariste pour ses personnages. C'était fantastique.
 
C'était intéressant à plusieurs points de vue. C'était un hommage à tous ces gars qui travaillaient dans l'ombre pour une misère, pour quelques sous par mot, qui écrivaient beaucoup de choses, des bonnes et des mauvaises. Et à ces femmes qui écrivaient sous des pseudonymes, des initiales.
 

 






Ça a été le plus grand moment de ces sept années, pour moi.
 

 

Malheureusement, l'épisode n'a pas été accueilli comme il se devait. On aurait dû être nominés. Il n'y en a pas eu, mais c'est resté une grande expérience pour moi en tant que personne, en tant qu'actrice, en tant que membre de cette équipe participant à cette aventure.
 
"Vous êtes à la fois le rêveur et le rêve" est une tirade intéressante. Qu'est-ce que la réalité ? Traiter des problèmes en douceur est une chose, mais de temps en temps, il faut secouer les gens. Et j'ai trouvé que c'était bien.
 

 

 
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 6