Dossier sur l'équipage : Benjamin Sisko

Quand j'ai lu le scénario, j'ai été très impressionné. C'est vraiment ce qui m'a attiré. Quand j'ai entendu parler de Star Trek et que l'agent m'a appelé, j'ai ri. Je savais qu'ils allaient me demander de faire quelque chose de prosthétique. Sans vouloir jouer sur les mots, je me suis mis à rire. J'ai dit : ''Ça ne marchera jamais". Mais j'ai accepté et j'étais en route pour New York pour faire un bout d'essai quand ma boïte de vitesses a lâché. J'ai appelé chez moi et j'ai dit : "Dites que j'ai un empêchemenf'. Ils ont dit : "Non, on se débrouillera autremenf'. J'allais laisser passer ma chance. Enfin bref, je suis là, comme vous le savez. J'avais envie de faire partie de cette histoire. De celle du père qui élève son fils seul, de l'homme qui affronte la mort, et qui défend l'espèce humaine contre des êtres intelligents dans l'univers. J'ai trouvé ça extraordinaire. C'est ça qui m'a vraiment attiré. C'est tout. Je n'avais pas de préjugés sur ce personnage, si ce n'est que je pensais que c'était un officier sévère qui appliquait le règlement à la lettre.
 

 

 
 
 

 



Je crois que l'histoire de Sisko était relativement claire. Il est arrivé sur la station et ne voulait pas de ce poste. Il n'avait pas envie d'être là. Maintenant, il parle de passer le restant de ses jours sur Bajor. Je crois que c'était un processus de guérison pour Sisko. C'est un leader fantastique et un excellent père de famille. Au départ, c'était un homme blessé qui venait de perdre sa femme. Il était quelque peu amer. Et maintenant, c'est un emblème religieux.
 

 

Je savais que ma présence dans Star Trek aurait un impact. Quelque part, des enfants embrasseraient cette idée et diraient : "Il est possible que nous soyons encore vivants dans 300 ou 400 ans". Il était commandant, puis il a été promu. Je ne sais pas pourquoi il n'était pas capitaine dès le départ. L'une des parties les plus intéressantes de l'odyssée était le voyage spirituel. Il avait établi un lien. Les Bajorans disaient : "Vous êtes donc l'Emissaire". C'est une idée intéressante. En pensant à mes propres descendants, je me disais qu'il était important que d'ici 400 ans, on laisse une place à la spiritualité. Le côté spirituel compte beaucoup aux yeux des Africains. Je trouvais cette intersection dans la galaxie très fascinante. C'était une idée dans le vent ! On voit toutes sortes de créatures et d'intelligence. Quel endroit merveilleux ! Un jour, il y aura une intersection comme ça quelque part dans l'univers, un endroit comme New York ou un autre port. Je suis sûr qu'ils en ont parlé. A New York, il y a des gens qui viennent des quatre coins du monde. Il n'y a pas qu'ici, mais c'est fascinant car tout le monde est ici. Ça me plaît beaucoup, cette idée d'interaction avec toutes sortes d'êtres. L'autre partie importante du voyage était ma relation avec mon fils. Il est important, en dehors du fait que j'ai des enfants, de savoir combien les moments qu'on passe avec ses enfants sont ténus, fragiles, fugaces, et combien il est important de passer du temps à semer les graines qui aideront nos enfants à survivre. Ensuite, on espère avoir bien agi. Quand j'ai rencontré Cirroc à l'occasion de la première lecture, il est venu vers moi et a dit : "Oh, mon père !" avec le charme d'un petit garçon de douze ans. Il mesure 1,90 m à présent. On s'est tout de suite bien entendus. Je l'ai considéré comme mon propre fils. D'ailleurs, mon fils ainé et lui sont très proches, et ce depuis le jour où ils se sont rencontrés. Je n'aurais pas pu espérer avoir une meilleure relation. Et c'était une joie que de voir Cirroc grandir. Et voilà Kasidy Yates. Une toute nouvelle relation. Comme ils l'aiment bien, Penny Johnson est merveilleuse, ça va marcher.
 

 

 
 
 

 

 
 
 

 



Mon mari me tuera quand il entendra ça, mais je n'oublierai jamais l'occasion que j'ai eue pendant quatre ans de jouer aux côtés d'Avery Brooks. Sa gentillesse, sa douceur, son intensité sont des qualités que j'ai appréciées en tant qu'actrice. Je n'oublierai donc jamais que j'ai eu l'occasion d'avoir une relation amoureuse à l'écran... qui était agréable et satisfaisante. Et maintenant, c'est fini.
 

 

La relation entre Sisko et Jadzia Dax. Je l'ai trouvée fascinante en lisant le scénario. Dax a été le mentor de Sisko, mais maintenant, elle est dans un autre corps, un corps féminin. C'est fascinant. De même que le fait qu'il l'appelle "vieille branche". C'est un endroit extrêmement riche à explorer, surtout quand on doit dire au revoir à quelqu'un âgé de quelques centaines d'années. C'est une exploration fascinante. Je dois avouer que je ne voulais pas rester. J'ai très vite senti qu'il était temps de partir. Mais voilà pourquoi je suis finalement resté. Un jour, j'ai dû expliquer à mon plus jeune enfant qu'il était important de tenir ses promesses. C'est pour ça que j'ai enduré ces sept années. Au bout de ces sept ans, j'étais soulagé à l'idée d'avoir survécu, car c'était quand même très difficile. La recherche et la découverte de soi constituent un voyage intérieur. Le recherche de l'inconnu n'est pas extérieure, mais intérieure. Donc l'idée que cet homme lutte à contrecoeur contre l'idée d'être l'élu, l'idée d'un voyage intérieur vers la découverte de soi est quelque chose que les hommes font jusqu'à ce qu'ils quittent la planète. En tout cas, c'est ce que je fais. Je suis fier de notre travail, de notre association. Je n'ai aucun remords par rapport à ce qu'on a fait. On l'a fait, et on l'a fait du mieux qu'on a pu. Si ça avait été moi, j'aurais fait des choses différentes. La relation la plus importante était la relation avec Cirroc qui est toujours comme un fils pour mi. Peut-être que mon chemin croisera celui des autres un jour. L'équipe me manque beaucoup. C'est vrai. Dans "Au-delà des étoiles", en particulier, ils ont compris qu'il m'était difficile d'être devant et derrière la caméra. Ils ont vraiment été là pour moi, et je ne l'oublierai jamais. C'était l'histoire d'un homme noir, d'un homme entier qui aimait sa famille, qui respectait et tentait de préserver la vie dans l'univers.
 

 

 
 
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 7