Les adieux

 
 
Le dernier épisode était particulièrement chargé en émotion. Le dernier jour, tout le monde est venu sur le plateau. Tout le monde. On sentait que c'était un grand jour et on se demandait ce qui allait se passer. C'était un grand moment pour tous ceux qui avaient participé à la série. C'était un moment d'émotion, ce que je ne supporte pas, en général. Et pourtant, c'était merveilleux de dire au revoir à tout le monde. Les acteurs se disent au revoir et ne se revoient jamais.

 

C'est un moment difficile. Mais on essaie de continuer. Le dernier jour avait quelque chose de particulier. Ça se sentait dansl'air. Quelqu'un m'a dit : "Désolé que la série ait été annulée". J'ai répondu : "Vous appelez ça 'annuler', après sept ans ?"
 
Au meilleur équipage qu'un capitaine ait eu. C'est peut-être notre dernière réunion tous ensemble.
 

 

C'était une journée merveilleuse, pleine d'émotion. Et avec la scène de fête dans ce grand bar, c'était parfait. Ils ont fait en sorte que l'on tourne cette scène à la fin plutôt qu'une scène avec deux personnes seulement. cette grande scène était fantastique. Même les producteurs se sont joints à nous.
 
Les scénaristes et leur femme se sont mêlés à la foule. C'étaient les gens assis aux tables. Il y avait tout le monde.
 

 

 
 
Pour la séquence dans le holodeck chez Vic, je portais un costume et de grosses lunettes. J'avais les cheveux lissés, et je ne portais pas de barbe. Les scénaristes étaient en costume, et on était tous assis là. Il y a un plan où les caméras balayent la scène de gauche à droite. Je suis au 1er plan, face à la scène. Je tends le bras pour prendre un verre. On aperçoit mon profil en passant.

 



Je ne figure pas dans le demier épisode, mais je n'oublierai jamais le toumage. Nous étions tout simplement là, pour être avec les autres et pour emporter avec nous un moment inoubliable. Je n'oublierai jamais le moment où Ira Behr est monté sur l'échafaudage sur le côté du plateau insonorisé, et, le coeur, les yeux et la voix emplis de larmes, a déclaré que cette série avait énormément compté pour lui. Tout le monde avait les larmes aux yeux. cela va de soi. Pour qu'un homme comme lui soit à l'origine de tout ce travail et qu'il nous dise que ça avait beaucoup compté pour lui, et pour que nous disions: "Pour nous aussi".
 

 




Je me souviens du premier jour de tournage. Le tournage du tout premier épisode de Deep Spece Nine. J'ai dit aux autres : "Nous devons marquer le coup. Je veux pouvoir dire où j'étais le premier jour du tournage. Quelqu'un me le demandera un jour et je veux m'en souvenir". J'étais donc présent le premier jour et je comptais y être aussi le dernier.
 

 

Lorsque le capitaine Sisko porte un toast à l'équipage, il dit que c'est le meilleur équipage qu'un capitaine puisse souhaiter. Il s'est ensuite tourné vers l'équipe derrière les caméras et a dit : "C'est la meilleure équipe que l'on puisse souhaiter". C'était un moment merveilleux.
 
Quelle que soit la distance, une part de nous-même, une immense part, demeurera éternellement ici sur Deep Space 9.
 

 

 
 

 





Nous étions tous ensemble le dernier jour. Ils avaient écrit une scène où tout le monde était rassemblé et se disait au revoir.
 

 




A un moment, Jimmy a chanté "The Way Vou Look Tonighf". Je n'étais pas sur le plateau. Je voyais très bien tous les acteurs accoudés au bar, et il y avait Jimmy, et je regardais la scène en me disant que c'était la fin. C'est un moment que je n'oublierai jamais. Je n'étais pas filmée. Les caméras étaient sur lui et moi je pleurais, sabotant les prises parce que je ne pouvais pas arrêter de pleurer.
 

 

 
 
Je me souviens de la fin. Nous y étions. Nous étions tous ensemble pour le dernier plan, et la directrice artistique est arrivée et a dit : "L'heure est venue de dire au revoir et bonsoir à Nana Visitor". Et tout le monde a applaudi. C'est là que je me suis dit : "Ça y est. On se dit au revoir". "Au revoir et bonsoir à Alexander Siddig". "Au revoir à Michael Dorn". Tout le monde. Alors qu'elle passait tout le monde en revue, l'émotion a envahi la pièce. Nous étions tous dans cette petite pièce, chez Vic. Les applaudissements ont retenti. On a passé en revue la liste de tous les acteurs. "Au revoir et bonsoir à Avery Brooks". Et là, ça a été l'explosion. Tout le monde s'est serré dans les bras et a pleuré. Je suis allé vers les acteurs, mais je ne pouvais pas parler. Je ne pouvais même pas leur dire au revoir. J'avais le visage baigné de larmes. Alors j'ai fait signe aux scénaristes et je suis parti. Je suis monté dans ma voiture et voilà. C'est à ce moment-là que tout s'est arrêté. La soirée d'adieux était très amusante. Mais je me souviens d'être descendu du plateau insonorisé, avec mon costume, et d'être sorti dans la rue. Deep Space Nine était fini. C'était un grand moment. J'ai soudain compris que j'aimais beaucoup tous ces gens, que j'aimais tous ces personnages et Deep Space Nine.

 

 
 

 

 
 

 


Le dernier hourrah : la soirée

 
 
 

 

 
 
 

 






C'était bon d'enlever le maquillage. Sept ans, c'est incroyable. C'est la clôture. C'est bien. C'est une belle soirée.
 

 

Quand j'ai enlevé ma prothèse pour la dernière fois, l'autre soir, j'ai pensé: "Je suis libre !" Mais dans ma tête, il y avait une petite voix qui me disait: "Ne me tuez pas !"
 
C'est la première série que j'ai co-créée avec Mike Piller, et c'est comme un premier enfant, c'est très spécial. Et maintenant que c'est la fin, on a des sentiments mitigés, mais c'est une très belle soirée.
 

 




Tout à l'heure, Hans Beimler et moi-même... sommes allés sur les plateaux, du moins ce qu'il en reste, pour dire au revoir. Et j'ai commencé à penser au titre du dernier épisode, qui est : "Le Jugement des prophètes". Je me suis demandé ce qu'on avait laissé derrière nous. Je laisse d'excellents souvenirs de gens talentueux... de très bons moments, du bon travail. J'espère laisser derrière moi 176 épisodes d'une très bonne série télévisée. Je laisse une franchise Star Trek qui ne sera plus jamais la même de par ce qu'on a fait dans Deep Spece Nine.
 

 

Je suis très fière. Je suis arrivée la demière année, et je suis honorée d'avoir été recrutée. J'ai passé d'excellents moments.
 
L'équipe du maquillage m'a dit que je n'avais jamais été si heureux. C'était formidable. La série et les gens me manquent, mais pas le maquillage.
 

 



Ces sept années ont été extraordinaires. Il faut se dire qu'on n'est pas venus ici seuls... et qu'on n'est pas repartis seuls. Sans tous ces gens à mes côtés devant la caméra tous les jours, ça n'aurait pas été pareil. Mais tout le monde l'a dit. Siddig l'a dit avec éloquence, La notion de "je" la plus importante est dans le contexte de "nous". Quand on pense aux gens auxquels j'ai parlé chaque jour pendant sept ans, aux gens que je ne connais pas et à qui je dois envoyer une carte de Noêl... tous ces gens ! Je dis un grand, un très grand merci, du fond du coeur.
 

 

 
 
Je suis très fière de notre travail. On a vu des extraits lors de notre demier déjeuner. Je savais que c'était une bonne série, mais... Tout le monde va avoir la même réaction. Quand ils verront ça pour la 2e fois, ils diront : "C'était bien".

 





Je suis très fier d'avoir fait partie de cette série. Plus les gens la regarderont, plus ils se diront qu'elle était formidable.
 

 




Je pense que la franchise Star Trek ne sera plus jamais pareille. Avec Deep Spece Nine, nous avons dépassé les attentes. Je crois que nous avons laissé une franchise forte. Le titre du demier épisode est : "Le Jugement des prophètes" (titre original "What we leave behind" - "Ce que nous laissons derièrre"). Nous laissons derrière nous une super série et de bons souvenirs. Je voudrais que tous les acteurs me rejoignent, s'il vous plaît.
 

 





Je crois que Deep Spece Nine, en particulier, est une série que le public appréciera encore plus avec le temps. Je me suis perdu dans l'ombre de Le Nouvelle génération, mais les bonnes choses vont être appréciées.
 

 

 
 
 

 

 
 
 

 

 
 
 

 

 
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 7