Section 31 : Fichiers cachés

Fichier caché 01

C'était la première fois dans ma carrière que j'avais une sorte de... Je ne peux pas dire ça, car Je ne savais pas. Avec le temps, c'est devenu quelque chose de stable pour moi, quelque chose que je n'avais jamais eu. J'avais toujours été le méchant qui se faisait tuer. Il n'y avait plus rien pour moi la semaine suivante. J'étais un acteur qui, au bout d'un épisode, n'avait déjà plus de travail. Le personnage était super. J'avais la possibilité de développer un personnage à facettes multiples et non pas à une seule dimension, ce qu'ils voulaient pour Dukat au départ. Mais j'ai commencé à ajouter des émotions, ils l'ont remarqué et lui ont donné tous ces moments merveilleux.
Un jour, j'ai eu un bébé sans le savoir. Dukat fait des enfants à droite et à gauche. Je n'en savais rien. On aurait dû me le dire. Mais tout semblait fonctionner. C'était incroyable. Ça me plaisait. Ils ont pris des risques, m'obligeant ainsi à en prendre aussi.
J'étais très fier de mon travail au cours de ces sept ans.
 

 


Fichier caché 02






J'ai eu la chance de jouer le rôle de Tiron, de Brunt, de Weyoun, de Penk, de Shran et de Krem.
 

 

 
 

 

 
 
Brunt ? Délicieux. Il adorait se venger. Il ne supportait pas l'idée que Quark ait coupé ses liens avec Ferenginar et soit parti vivre sur une station spatiale avec d'autres êtres. Il avait fait le mauvais choix. Et pourtant il réussissait. Brunt était comme un horrible représentant du fisc. Il revenait sans cesse pour vous empoisonner la vie, audit après audit. J'imagine que ça doit être très pénible. Je le voyais comme quelqu'un d'inflexible qui croyait avoir toujours raison. Il prenait un malin plaisir à venir empoisonner Quark.
J'aime bien sa grâce et son aplomb, son côté impitoyable et son côté loyal.
Il y a quelque chose que je voulais instiller en lui... Il faut improviser. J'ignorais comment il était physiquement, je ne connaissais rien du concept lié è ce personnage lorsque je suis arrivé le premier jour. J'avais eu le scénario en main pendant deux jours, mais en fait, je comprends qui je suis en regardant autour de moi. C'est comme ça pour tout le monde. C'est comme ça qu'on sait qui on est. Donc quand tout a commencé, j'ai vu que c'était quelqu'un de royal et de majestueux. Il avait quelque chose de japonais. Mais c'était aussi le courtisan de la cour. C'était un dandy, un diplomate plein de grâce qui allait d'un groupe de gens à l'autre, faisant en sorte que tout se passe bien, et faisant tout son possible, le sourire aux lèvres, pour que tout paraisse simple et qu'il obtienne ce qu'il voulait. Je me suis aussi un peu inspiré de la cour de France. J'ai l'impression que dans Star Trek, je suis comme quelqu'un qui est assis sur un banc et regarde un match. Je ne joue pas, et l'équipe se trouve dans une situation qui amène le coach à dire : "OK, Combs? Attrape ta batte". C'est un peu comme ça que je vois les choses. J'entre sur le terrain et je vise la ligne de 3e base ou je me lance, je fais quelque chose. Je fais bouger les choses. Et ça me va. C'est bien. Mais peut-être qu'un jour je serai dans l'équipe principale.

 


Fichier caché 03



Je suis étonné d'avoir participé aux neuf saisons, car quand j'ai décroché le rôle, je me suis dit que je serais très vite tué. C'est ce que font les Klingons. On plaisantait en disant que les Klingons ne voulaient pas participer au film. Les Klingons ne figurent dans les grands films que pour se faire tuer. Quand les soeurs Duras m'ont appelé, nous sommes tous amis, et ont dit : "On a le film ! On va être dans le film !", j'ai dit : "Je suis vraiment désolé". Elles ne savaient pas. Quand elles ont lu le scénario, elles ont compris qu'en effet elles... Les Klingons ont tendance à mourir.
 

 



Jouer le rôle d'un Klingon n'est pas si simple. Il y a le maquillage et les costumes qui sont formidables, mais quelque part, c'est un obstacle. Et les cheveux sont très amusants ! Les cheveux arrivent là et on est en pleine bataille. On bouge beaucoup. Je me souviens d'avoir fait ça, de m'être toumé et d'avoir fait ça, et mes cheveux ont fait... Ils nous couvrent le visage et on fait... Le réalisateur doit crier : "Coupez ! Vos cheveux vous cachent le visage". C'est impossible de faire autrement à moins de bouger comme ça. Mais on combat tant de choses quand on est un Klingon. C'est très drôle. C'était délirant.
 

 


Fichier caché 04



ce que j'aime, c'est que je peux charger mon rôle. Mais pas dans un sens négatif, plutôt comme à l'opéra. Tout le monde peut être grand, car l'environnement est grand, les émotions sont grandes. C'est comme le blanc et le noir, le bon et le mauvais. C'est un peu comme les sept péchés capitaux. Comment en faire une petite interprétation ?
 

 

 
 
Kai Winn n'aime pas les gens qui ont du pouvoir. Elle veut disposer du pouvoir total. Elle s'est intéressée aux Prophètes et à la foi du Kai, qui, comme on le découvre vers la fin, n'est que pure hypocrisie. Elle n'a jamais vraiment eu la foi. Tout n'était qu'apparence. ce qui l'intéressait, c'était de détenir le pouvoir. J'ai suggéré que des fillettes déposent des pétales de roses devant elle, tant elle devient assoiffée de pouvoir, un peu comme Mussolini. C'est une soif de pouvoir incontrôlable. Je ne sais pas pourquoi, ils ont rejeté mon idée. Je pensais que ça serait super. Mais je crois que Sisko et elle... Sisko la tolère et elle n'est pas contente du fait que, contrairement à elle, il communie avec les Prophètes. Pourtant, il la respecte à sa façon et la traite avec déférence, chose qu'elle apprécie et à laquelle elle tient beaucoup. Ils ont eu une relation d'adversité pendant toutes ces années.

 


Fichier caché 05

Kasidy a été présentée à Ben Sisko par son fils Jake. Jake s'est dit qu'il était temps que Sisko ait une relation amoureuse ou une présence féminine dans sa vie au lieu de penser à la mort de sa femme, alors il a organisé un rendez-vous. Ils aiment des choses comme le base-ball et le commandement. C'est une femme qui croit en certaines valeurs. Elle est douée pour ce qu'elle fait. C'est une femme merveilleuse, extraordinaire pour Benjamin Sisko. Elle est aimante, romantique, je la trouve sexy et puissante. C'est une femme merveilleuse à laquelle on peut s'identifier. C'est ce que pensent les fans. Ils le reconnaissent et l'apprécient. Son histoire nous la montre en tant que personne, puis en tant que femme, en tant qu'amante qui s'épanouit, et enfin en tant que véritable amie pour l'étemité.
 

 

Mon mari est un inconditionnel de Star Trek. Le fait que je joue le rôle de Kasidy dans Deep Space Nine, Star Trek a été un cadeau incroyable pour lui. Il aime bien d'autres séries telles que le Larry Sanders Show, mais c'est différent de Star Trek. C'est comme un soap-opéra de pièce shakespearienne où l'on doit comprendre les vers et le texte, et où l'on doit apprécier la langue. Et dans les limites de ce style, on peut apporter un certain individualisme. Je trouve que c'est ce qui rend tout ça excitant. J'aime beaucoup jouer le rôle de Kasidy. Elle respire la puissance à tel point que je me laisse emporter. J'adore ça. Et tout le monde ici est si gentil. Dire qu'on est une famille fait cliché, c'est pour ça que je le dis. Je n'ai pas l'impression de n'avoir passé que quatre ans ici. C'est comme si j'avais été là depuis le début. C'est grâce à tous les acteurs qui m'ont si bien acceptée. C'est différent. Chaque série est différente. Star Trek a un côté unique. On ne peut pas la comparer à d'autres séries. Elle est très spéciale, c'est une série à part entière. Et avoir tant d'adeptes ! Les fans sont incroyables. Ils ne vous laissent pas oublier que c'est très important pour eux. Alors vous leur devez de... cela vous ramène au théâtre. Vous faites un cadeau au public. C'est vraiment comme si c'était un cadeau. Et ça me plall:. Ça crée un équilibre avec les autres choses que je fais.
 

 


Fichier caché 06

J'ai joué dans deux épisodes de La Nouvelle génération, ainsi que dans "La Parfaite compagne", dans la 5e saison. A l'époque, on parlait d'un nouveau Star Trek avec un personnage ferengi régulier. J'ai appelé mon agent et j'ai dit : "Envoyez ma candidature". Je suis allé à l'audition et j'ai trouvé ma performance minable. J'étais en train de râler quand un type est sorti. C'était Armin Shimerman. Il a dit : "Qu'est-ce qu'il y a ?" J'ai dit : "Je viens d'auditionner pour la série Star Trek "et je crois que je me suis bien planté". Il a dit : "Je sais. Je vous ai vu". Il a continué : "C'est aussi ce que je me suis dit. "Mais ça se joue entre vous et moi". J'ai répondu : "Comment le savez-vous ?" Il a dit : "Nous sommes les deux seuls à être de petite taille". Voilà comment j'ai fait connaissance avec la sagesse d'Armin Shimerman. Il a fait preuve de sagesse pendant toutes ces années. Il a dit que Nog devait avoir un père, et que si Nog avait un père, il voudrait bien jouer le rôle de celui-ci. J'ai dit que moi aussi. Il me disait que j'avais eu le rôle grâce à lui et que je lui devais 10 %.
 

 


Un type du bureau de mon agent était fan de Star Trek. Je suis devenu le Grand Nagus dans l'avant-demier épisode de la série. Quand il a vu cet épisode, il a dit à mon agent : "Max est le Grand Nagus ! Il n'y a rien de plus grand dans l'Empire ferengi !" Elle a dit : "Ça vaut une augmentation". J'ai répondu que la série était finie. Elle a dit : "Oh, j'avais oublié". C'est véridique. Il est passé de souffre-douleur de son frère à Grand Nagus... C'est incroyable. Et il a eu la jolie fille, la plus belle femme surDS9 ! Quand on parle d'espoir. On peut dire qu'il y a de l'espoir. Je me demande à quoi nos enfants ressembleront.
 

 


Fichier caché 07


J'étais dans le pilote "L'Emissaire". Je jouais le rôle du capitaine vucain du Saratoga qui a explosé et dont les molécules se sont répandues dans l'espace.
Quand j'ai joué le rôle de Martok dans la version originale du scénario, ils ont présenté mon personnage en même temps que Worf. Gowron était un changeant. Ils se sont dit que cette relation était trop prévisible. Alors, ils ont décidé que le changeant ne serait pas Gowron, mais Martok. C'en était fini de moi. C'était la deuxième fois sur DS Nine. Eclaté. Plasmifié.
 

 

L'année suivante, j'ai fait mon retour dans plusieurs épisodes. Je me suis bien amusé. J'étais surtout avec Worf et Avery. Je ne faisais presque rien avec Gowron, même si O'Reilly et moi sommes amis. Nous passons beaucoup de temps ensemble à cause de la relation Gowron-Martok.
Ce qu'il y a avec Star Trek, c'est qu'ils ont des gens de théâtre, de formation shakespearienne. J'ai joué beaucoup de Shakespeare, tout comme la plupart des Klingons. De ce côté-là, Star Trek était unique. Star Trek est unique. Ils prennent des gens capables de jouer dans des réalités très intenses et d'être très proches de la réalité en même temps. C'est ça, la science-fiction. C'est ce qu'il faut. Je suis content qu'ils aient ce besoin, car ça m'a beaucoup apporté. C'est une expérience inhabituelle pour un acteur de passer tant de temps, de passer cinq ans, sur une seule série. Quand je franchissais les portes de Paramount, qui ont été les témoins d'une histoire incroyable dans cette ville, j'avais l'impression de rêver. Je n'aurais vraiment jamais cru que je viendrais ici. Et c'est plutôt cool.
 

 


Fichier caché 08



ce qu'il y a de bien avec Nog, c'est qu'ils n'en ont pas fait quelqu'un de parfait. Il a rejoint Starfleet avec la détermination, la ténacité et la persévérance qu'il faut pour réussir. Il ne prenait pas toujours la bonne décision, mais il ne se décourageait pas. Je pense que Nog est le plus humain de tous les personnages.
 

 



Une des grandes répliques de "Ce n'est qu'une illusion" était : "Il faut que tu saches si tu veux faire partie du jeu. Ce n'est pas en restant là que tu en feras partie".
On ne sait pas ce qui va se passer si on ne joue pas le jeu. C'était le moment décisif où Nog a dit : "C'est vrai. Je vais peut-être mourir. Nous allons tous mourir". Mais c'était différent, pour un jeune, d'être confronté à ça, et pourtant de faire ce qu'il voulait, et d'accepter qu'il risquait de mourir, mais qu'il ferait ce qu'il voudrait.
 

 


Fichier caché 09



J'avais une obsession que je ne pensais pas concrétiser. C'était le Rat Pack et la mythologie de Las Vegas des années 60. Avec Robert Wolf, on voulait faire apparaître un personnage du style Vic Fontaine sur DS9. C'est Yoda, mais ce n'est pas Yoda, C'est Frank Sinatra junior. Je voulais Frank Sinatra junior. Il avait tout ce style, cette manière de parler très intelligente, posée et réfléchie. Je pensais qu'il serait amusant de faire entrer O'Brien et Quark et qu'il y ait un type en smoking leur parlant de la vie, d'amour et de la poursuite éternelle du bonheur.
 

 

 
 
Je vais créer Vic Fontaine, et pas seulement pour une scène, mais pour un épisode entier. Et pas seulement un épisode. Il sera celui qui réunira Kira et Odo.
Puis il a fallu trouver quelqu'un et il Ya eu l'histoire de la rencontre avec Jimmy Darren. J'étais à un concert rétro. Jimmy Darren était assis là, à signer des autographes. "Je me demande s'il pourrait jouer le rôle de Vic Fontaine". Je savais qu'il avait été chanteur. J'ai parlé à Ron Surma et lui ai envoyé un scénario. Il n'a pas voulu le lire, car il ne voulait pas jouer un Rat Packer. Il était réalisateur depuis deux ans. Il n'était pas acteur et ne voulait pas jouer le rôle d'un chanteur. Mais sa femme l'a convaincu de le lire. Il l'a lu, il l'a adoré et a décidé de venir. ce jour-là, nous avons déjeuné ensemble. Nous étions assis à la table. Je parlais de Jimmy Darren. "Qui est Jimmy Darren ? Vous êtes plus jeune que moi, mais Jimmy Darren, tout de même". Tout à coup, quelqu'un se penche vers nous et dit : "Excusez-moi, je suis Christian Darren, le fils de James Darren. Vous allez le rencontrer à 14h00. Vous allez adorer mon père". J'ai dit : "Ouah ! C'est un signe de Dieu". Nous sommes entrés et il a commencé à parler. Au milieu de la conversation que nous avions tous avec lui, il a commencé à réciter le dialogue. Le directeur du casting était tout excité. Il ne savait pas que Jimmy jouait le rôle. Jimmy attendait. Je l'ai soudain compris et on a dit : "Ah, d'accord". Et on a commencé à lui donner la réplique. Et c'était lui qu'il nous fallait. C'était clair. J'ai dîné avec Jimmy il y a deux semaines, et il va enregistrer son troisième album. Sa carrière musicale a repris grâce à Vic Fontaine, ce qui est fabuleux. Il a dédicacé son deuxième CD à ma mère qui était une grande fan, ce qui est adorable de sa part.

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Deep Space 9 Saison 7