Jolene Blalock

Enterprise
saison 2
Bonus

Jolene Blalock

 






J'interprète un personnage appelé T'Pol, qui est l'officier scientifique de l'Enterprise. Si vous regardez la 2ème saison ... Non, je ne dirai rien. Vous devrez regarder tout le D.V.D.
 

 





C'est un personnage fascinant, et on a décidé qu'à travers son personnage de Vulcaine, SI nous pouvions raviver l'intérêt pour les Vulcains, nous aurions réussi notre coup. Parce que dans la série originale, il y avait Spock, qui était sensas.
 

 



J'ai grandi avec la série originale. Quand je pense à William Shatner ou à Leonard Nimoy et Bones de la série originale, ils me rappellent mon père et mes frères, parce qu'on la regardait ensemble, quand j'étais ado. Ça a marqué l'enfance de tous les Américains, et la mienne. Je suis née à San Diego et j'y ai grandi. J'ai fréquenté pendant un an l'Equity Showcase Theater de Toronto. Je suis venue ici et j'ai fait la tournée des écoles d'art dramatique locales, de Lee Strasberg à Stella Adler. J'ai fait ça pendant un certain temps, et puis j'ai passé des auditions, comme tout le monde, et en même temps, je faisais du mannequinat pour payer mes factures. Et j'ai fini par percer.
 

 



C'est une très belle femme. On s'en rend mieux compte quand elle a les oreilles pointues et une perruque. Alors, vous savez... En fait, je ne vois pas Jolene. Jolene, je la vois sur les couvertures de magazines. Je la vois toujours avec une perruque et son affirail de Vulcaine. Mais elle est adorable. Elle a le rôle le plus difficile. Je crois que ce rôle est le plus difficile, et elle se débrouille super bien, et de mieux en mieux. Je suis un grand fan de Jolene et de ce qu'elle a apporté à la série. Elle a fait du bon travail. Et elle n'est pas trop déplaisante à regarder.
 

 

Quand on passe des auditions, on en passe environ cmq, ou trois par jour, en moyenne. Je suis arrivée à un stade de ma carrière où je pouvais choisir les rôles que je voulais interpréter. Et comme au départ, je voulais faire des longs métrages, je me suis concentrée sur les films. Je voulais donner le meilleur de moi-même. Quand Star Trek a repris, je ne voulais pas recommencer. Je ne savais pas que c'était un prequel. Ni qu'ils voulaient une équipe plus jeune. Je ne savais pas qu'il y aurait Scott Bakula. Et quand j'ai compris où ça allait se passer, que ça allait être quelque chose de complètement nouveau, et qu'on serait complètement différents, ça m'a intéressée davantage. Et avec ça en plus, et le fait que ça se passait avant, dans le cadre de l'entreprise Star Trek, sans vouloir jouer sur les mots, mais... C'est devenu intéressant, tout à coup. Pendant la phase de préparation, j'essaie toujours de travailler une certaine présence physique, alors j'ai fait les sourcils et le maquillage, je me suis habillée en noir, simplement, parce que Je ne veux pas empiéter sur l'imagination du public. Je veux qu'ils imaginent ce qu'ils veulent. En allant au-devant du jury, je me souviens de cette 1re audition ... Je n'étais pas contente du tout. J'ai trouvé ça nul. J'ai trouvé ça affreusement mauvais. Mais ils m'ont rappelée le jour même, pour une nouvelle audition. C'était un vendredi. Ils m'ont rappelée le vendredi soir pour une audition le lundi. Je suis allée dans ma famille à San Diego. On a travaillé ensemble sur le projet. Mon neveu, la mère de mon neveu et son mari, on jouait différents rôles, et ils prenaient des licences dramatiques. C'était super mignon. A mon retour, j'ai été prise. J'ai vraiment de la chance. Croyez-moi, je suis passée par là. Les auditions. Les bonnes nouvelles, les encouragements, tout ça, et parfois, on arrive à un point où on voudrait crier: "Arrêtez, avec vos encouragements. Donnez-moi le rôle." Quand on tourne 26 épisodes par an, on travaille dix mois par an, avec une coupure de neuf semaines. C'est beaucoup de travail à fournir en un an. Et c'est vraiment la course. On finit un épisode tous les sept jours. On essaie de ne pas dépasser. On a un calendrier très rigoureux. Je ne m'y attendais pas, mais... j'ai beaucoup évolué, sur le plan personnel, et mon personnage a évolué au contact de l'équipe et au fil du tournage. J'en suis très fière. C'était effrayant, je ne savais pas jusqu'où je pouvais aller. Ce que je pouvais ou ne pouvais pas faire. Si quoi que ce soit... Croyez-moi, je sais que c'est étrange, mais le plus gros problème, avec T'Pol, c'était la perruque. C'était la perruque. Ça tournait toujours autour des cheveux. On s'exclamait: "Peu importe les cheveux !" Mais c'était le plus gros problème, ce qui me réconforte, car c'est un problème qui ne dépend pas de moi.
 

 



La culture vulcaine n'a jamais été explorée. Et en particulier cette culture vulcaine, d'avant Spock. Ils sont tout aussi paradoxaux que les humains. Ils ont plein de nobles idéaux sur la logique, mais leur société est en fait en passe à une névrose dont ils n'ont pas réussi à se libérer. Et T'Pol la représente. T'Pol aspire à explorer des aspects de sa personnalité que sa culture l'a contrainte à réprimer: les émotions. Voilà pourquoi elle est sur l'Enterprise. Elle ne l'admettra pas. Elle dit: "C'est pour vous empêcher de vous exterminer." Mais elle a envie d'être là.
 

 



C'est une Vulcaine. Elle agit toujours avec logique. Elle a beaucoup changé depuis la première saison. Il Y a eu des progrès dans ses rapports avec les autres membres d'équipage. Elle apprend à gérer le fait qu'elle soit la seule Vulcaine sur le vaisseau. Le seul autre extraterrestre est le Dénobulien, c'est-à-dire le médecin. Mais la dynamique des rapports entre elle, le capitaine, Trip, et chacun d'entre eux, même le Dr Phlox... Un certain rapport se développe, une loyauté, et une amitié. Et c'est ce qu'on teste en ce moment.
 

 



Dans cet épisode, qui était notre allégorie du sida, on découvre que T'Pol a contracté la maladie par télépathie, et que sur Vulcain, les télépathes sont vus comme des êtres abjects. C'était une allégorie des personnes ayant d'autres préférences sexuelles. Je voulais inclure cet épisode dans La Nouvelle Génération, quand le sujet était encore plus d'actualité, je n'ai pas pu le faire dans Voyager, parce que Tuvok était séparé de sa culture. On a enfin pu le faire. Et c'était peut-être un peu tard, mais je trouve cet épisode très intéressant.
 

 





C'est une étrangère, et la confiance est en jeu. Aussi longtemps que la confiance entre T'Pol et les autres ne régnait pas, la loyauté, l'amitié, les liens... "Que fait-elle là ? "Quel est son but? Ce serait tellement plus simple sans elle. " Tant que ces éléments sont là, ça lui donne un endroit où aller. Un but à son voyage. Et les liens touchants qui se sont formés au cours de la deuxième saison concernent aussi les acteurs.
 

 






Elle était hilarante. Vous savez? Aucun de nous ne se prend trop au sérieux. Vraiment, et c'est sûrement le principal. On est tous prêts à rire des autres et de nous-mêmes.
 

 

On est comme des frères et soeurs. On grandit ensemble, et Connor devient comme un frère, Dominic aussi, et Anthony. Et Linda. Chacun de nous a sa particularité. Personne ne se la joue, personne ne roule des mécaniques. On est là pour travailler. On est là pour travailler et avancer pour pouvoir rentrer chez nous à une heure raisonnable, et obtenir un bon résultat. On ne peut pas juste jouer son rôle et rentrer chez soi, parce que l'art est la conjonction des efforts de chacun. Marvin dit quelque chose de très beau. C'est un ballet. On travaille avec la caméra, on danse avec elle. Avec le directeur de la photo. On travaille avec le script et le texte. On utilise tout ça pour faire vivre notre personnage, cet environnement. On ne peut pas se pointer et rentrer chez soi en pensant qu'on a bien bossé. C'est un processus constant du début à la fin. Les devoirs qu'on ramène à la maison, et ce qu'on apporte au travail, tout évolue. On peut penser qu'une scène va se dérouler de telle manière. Mais non. On arrive au travail et on pense... Mais il ne faut pas se décourager. Il faut s'adapter. Il faut évoluer avec la scène. Je me retrouve sans travail.Je suis un officier scientifique,mais j'ai démissionné de mon poste auprès du Haut Commandement vulcain, et choisi l'Enterprise et son équipage, parce que Je CroIS en eux, et que ce n'est pas le moment de les abandonner. Et ils ont besoin de T'Pol à ce moment précis. Le besoin est mutuel. S'il manque un maillon, ça affaiblira la ctietne, et ça ne marchera pas. Ils ont donc besoin de rester soudés. C'est là qu'ils en sont. Pas juste ça, mais on se dirige aussi vers l'Etendue Delphique, où les lois physiques ne sont pas les mêmes. Donc tout peut arriver. C'est là qu'on en est. On entre dans la troisième année, et T'Pol n'a pas de poste, elle est officier scientifique. Elle ne fait que traîner là en attendant d'être nommée à un poste. Sera-t-elle nommée ou non? C'est ce que je me demande. Que va-t-il se passer? Je ne sais pas.
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Enterprise Saison 2