Une journée en compagnie du réalisateur Roxann Dawson

Enterprise
saison 3
Bonus

Une journée en compagnie
du réalisateur Roxann Dawson

 






Salut, je m'appelle Roxann Dawson et je réalise cet épisode d'Enterprise. Suivez-moi pour voir ce qui se passe en coulisses et ce que c'est de réaliser cette série.
 

 






Je regarde mon planning de la journée car nous étions sur le plateau du centre de commande où toute l'équipe s'affaire actuellement, et je suis un peu en retard si je veux que les acteurs et l'équipe finissent à l'heure. Alors je regarde si je peux modifier l'emploi du temps et consolider certains de mes plans pour que tout le monde rentre pour manger pas trop tard.
 

 



J'ai le script complet. Je n'ai reçu certaines parties que la veille du tournage, parfois, ce qui ne facilite pas la préparation. Mais je travaille sur le même script que les acteurs. Je regarde tout, je fais ma liste de plans sur laquelle j'inscris le nombre de configurations que je souhaite pour couvrir telle ou telle scène afin de véhiculer ce qui est nécessaire à ce moment précis. Mais parfois, à cause de certaines contraintes, le temps, la possibilité ou non d'obtenir un plan, il faut revoir ses prévisions. Ce n'est pas très grave. Parfois, ce qu'on avait prévu n'est pas l'idéal. On arrive sur le plateau avec des êtres humains, des acteurs qui ont leur avis et une équipe qui ne peut pas forcément tout faire, alors on apporte des modifications et c'est là que tout prend corps.
 

 






Ce décor paraît très robuste, il est beau et élaboré, mais on ne s'en servira qu'une semaine. Ils l'ont construit durant le week-end, figurez-vous. Et on va probablement le détruire le week-end prochain. Tout ce travail pour des choses très fugaces, mais si on le filme bien, vous en profiterez des années.
 

 

A partir de là, tu tiens la caméra à la main.
On coupe directement après sa sortie de la scène précédente.
On arrive sur elle. Tu arrives. C'est comme si c'étaient les portes du centre de commande.
Donc, tu entres dans cette pièce comme si tu sortais juste
- du centre de commande.
- A partir d'ici.
On reprend là, sur son visage.
Elle doit se tourner vers nous pour saisir la caméra ici.
Tu commences à regarder. Regarde là-bas.
Ne regarde que la caméra. On y va.
- Là, on avance.
- D'accord.
C'est parti. On continue. On obtient ça.
Et quand on arrive à ce mouvement rotatif, on le voit qui arrive.
Tu te retournes, tu lâches la caméra, tu tombes sur lui et tu sors.
Tu cours vers la porte comme si tu allais sortir.
Et on reste sur lui.
 

 

Le décor est impressionnant, non? Herman Zimmerman est génial. Ce qui est vraiment époustouflant dans ce décor, c'est que les pièces et les couloirs sont connectés. Souvent, la chambre est là, le couloir là-bas et l'entrée de l'autre côté. Mais en fait, c'est créé de telle façon que je peux filmer quelqu'un qui sort d'une pièce, traverse le couloir et entre dans une autre. Là, il y a un arboretum superbe. Et il donne sur le cimetière, à l'extérieur. On aurait pu avoir deux décors bien distincts, mais comme ils sont reliés, on a plus de choix pour porter l'action d'un décor à l'autre. C'est plus réaliste.
Et c'est à Herman qu'on doit tout ça. C'est moi qui avais imaginé ce plan. Hoshi sort de cet énorme château on la voit en gros plan, le vent souffle dans ses cheveux, et la caméra recule pour révéler le château. Ensuite, on passe en 3-D alors que la caméra recule et qu'Hoshi devient un tout petit point, au milieu du décor qu'on découvre. C'est donc en partie réel et en partie virtuel. On s'occupe du côté réel, puis les effets spéciaux prendront le relais. C'est ce qu'on prépare actuellement.
 


On passe sur le plateau huit, suivez-moi,
Nous filmons une scène dans laquelle une balle de water-polo va se fixer comme par magie sur un mur a cause d'une anomalie spatiale étonnante.
C'est une anomalie spatiale qui immobilise la balle?
- C'est bien ça, Marvin?
- Oui.
- C'est ça.
- Bien.
Je voulais m'assurer que ça n'avait pas changé.
Marvin va essayer de voir... Marvin est notre directeur de la photographie.
Nous essayons tous de trouver une solution.
 

 

Pour moi, sans qu'on sente trop ce qui va arriver,
je pourrais être là, en train de jouer avec la balle.
On peut déplacer ce tableau. Et alors, je peux être là.
De toute façon, on va enlever ce mur.
Juste une question.
En filmant depuis la balle, on pourra éviter cette fenêtre?
Oui. Pour filmer Scott sur sa chaise?
Donc, si on fixe la balle, qu'on enlève ce mur,
qu'on fixe la balle sur un pied, on peut filmer Scott depuis là-haut?
Action.
- Prêt?
- Continuez. Action.
Un peu plus bas, Scott. C'est reparti.
- Un peu plus dans le cadre.
- D'accord.
Action.
- Archer au Pont.
- Oui, capitaine?
- J'imagine qu'on approche.
- C'est exact.
Sortez de distorsion. J'arrive.
Coupez. Bien. C'était super.
Ce que j'aimerais faire, une fois qu'on aura le virtuel,
c'est te filmer par dessus la balle fixée dans le mur,
avec la caméra ici, le pied, et filmer en plongée.
Donc, quel que soit le mur qu'on choisit,
il faut s'assurer qu'on pourra fixer la caméra là-haut.
Archer au Pont.
Oui, capitaine.
J'imagine qu'on approche.
C'est exact.
 

 





Nous préparons une scène à l'infirmerie. Hoshi vient voir le médecin car elle a des hallucinations. Le problème de cette scène, c'est que Phlox, notre médecin, va, au milieu de la scène, devenir une projection télépathique de l'extraterrestre. Donc, l'extraterrestre va ressembler à Phlox, joué par l'acteur John Billingsley, mais ce sera l'extraterrestre. C'est donc un peu délicat et nous essayons de trouver une solution.
 

 



Est-ce possible de se tourner et...
- Je ne sais pas si. ..
- A la fin de la scène?
... une partie de Phlox ici.
- A la toute fin?
- Oui.
- C'est très facile.
- Super.
On essaie ça, d'accord?
Je peux aussi m'écarter pour ouvrir le cadre.
Ce serait sympa, et même génial.
 

 





On aurait pu filmer cette scène en travelling. C'est justement ce dont on parlait. Mais la Steadicam permet plus de flexibilité pour utiliser des cadrages spécifiques quand on se déplace parmi un groupe de personnes. On peut avoir des plans à un personnage, à deux, puis à trois et de nouveau à deux. Une Steadicam donne donc plus de flexibilité en termes de cadrage.
 

 

Prêts.
Action.
Je ne vois rien d'extraordinaire.
Je n'ai pas détecté de vaisseaux à proximité.
- Ou d'intrus à bord.
- Je ne rêve pas, capitaine.
Admettez que c'est une possibilité.
Je sais que mon cerveau est parfois en suractivité,
mais ce n'est pas le cas maintenant.
Cela se passe vraiment.
Gardez Hoshi en observation
jusqu'à ce qu'on y voie plus clair.
Postez des gardes à l'entrée,
en salle des machines et à l'armurerie,
jusqu'à nouvel ordre.
Vous craignez une attaque?
Ici, on ne sait jamais.
Coupez.
 

 

Ce sont mes story-boards. Comme je ne sais pas dessiner, on a engagé un dessinateur. C'est plus facile à lire. Mais Dan Curry, qui a fait ces dessins, notre génie des effets spéciaux, a interprété mes gribouillages. Qui ne sont pas mieux que ceux ma fille de cinq ans. Ils sont indispensables quand tout le plateau est virtuel. C'est le cas ici.
On a deux personnes en scaphandre qui marchent sur cette sphère et il se passe des tas de choses. Mais tout le décor qui les entoure est de notre création. Il n'y a rien de réel. Ce ne sont que des effets spéciaux. Pour arriver à cela, il faut tout prévoir, en pensant à tout le monde, pour que personne ne fasse d'erreur dans une scène de ce type.
 
 
 

 

Je suis aussi actrice. Quand je réalise un film, je suis consciente de la difficulté du travail des comédiens. Pour ce qui est de communiquer avec eux j'ai plus de facilités car je comprends, en quelque sorte, leur point de vue. Ayant fait des séries, je sais que c'est très éprouvant alors j'essaie de satisfaire leur besoins au mextmum. Mais leur travail est très difficile, j'en suis toujours consciente, et je respecte vraiment leur talent, surtout quand ils réalisent une performance incroyable en un temps très court, quand la pression est très forte.




ENTERPRISE - MONTAGE
Bienvenue. Nous montons l'épisode.
- Voici Daryl Baskin, mon monteur.
- Bonjour. Nous essayons d'assembler le puzzle et de créer un épisode qui sera intéressant, captivant, et que le public aura envie
de regarder jusqu'à la fin.
 

 




C'est le voyage télépathique que fait Hoshi avec son ami monstrueux.
Il lui permet de faire ce voyage
- avec...
- Un amplificateur.
... un amplificateur télépathique.
Tout se passe dans son esprit, mais elle voyage dans l'espace par télépathie et reçoit tous ces messages. Nous parlons du fait que, comme cela ressemble a une scene onirique, les règles sont inutiles. Il faut même les briser pour que ça marche. C'est ce qu'on essaie de faire.
 

 

Je crois qu'on va faire une ellipse.
On peut commencer, élargir quand il tourne la tête...
C'est sympa, ça aussi. On pourrait l'accélérer, faire une ellipse,
un peu comme ce qu'on vient de voir.
Il tourne aussi la tête de ce côté?
- Non.
- Il reste comme ça ?
- Je crois.
- J'aimerais qu'il tourne la tête ici.
Oui. Mais non.
Là, je ferais une ellipse.
Il faut accélérer le rythme ou le briser.
Tu vois ce que je veux dire?
- Bien sûr.
- Tu brises, puis tu passes à son visage pour le dernier plan.
Ça commence vraiment ici.
On passe à ça.
Il faut des images rapides de lui et d'elle.
Commence au moment où il se tourne.
Bien. C'est ça.
 

 







- Fini!
- C'est terminé.
Merci d'avoir suivi une journée dans la vie d'une réalisatrice.
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Enterprise Saison 3