Phase II : L'Enterprise perdu

Star Trek
le film
Bonus

Phase II : L'Enterprise perdu

 

20 ans avant la création du réseau United Paramount Network en 1995, la détermination des studios pour lancer la seconde série de "Star Trek", "Phase II", et la création d'un nouveau réseau, ont permis son passage au cinéma. Ce voyage depuis la première série télé eu premier film de "Star Trek" a conduit les acteurs et l'équipe aussi loin que leur imagination, leur talent et la technologie des effets leur permettaient. Tout au long de l'histoire de cette série de référence, Gene Roddenberry, producteur et créateur, a choyé et protégé "Star Trek" avec la plus grande attention.

 


Gene voulait en parler. Il voulait trouver quelqu'un d'intelligent à qui s'adresser. Il a trouvé le public. Les chaines n'avaient pas pensé que le public puisse être intelligent. Il voulait vivre de son écriture. Il voulait gagner sa vie rien qu'en écrivant. Il voulait une chance de mettre ses idées par écrit. Il ne pouvait pas y arriver à l'époque où il vivait. La censure était terrible. Il pouvait retoucher quelques détails à sa manière, peindre quelqu'un en vert et l'habiller bizarrement. Et parfois, il faisait passer ses idées. Toutes n'éveillaient pas la censure. Ils ne scrutaient pas chaque mot. Donc certaines idées sont passées. C'est ainsi qu'est né Star Trek. Une fois la saison finie, on a réussi à le repasser à l'antenne. On leur a demandé de nous laisser le distribuer. Mais nous n'avions que 79 épisodes et il en fallait 100. Mais nous avons eu la licence. Paramount a fait preuve d'intelligence à ce sujet.
 

 

Lorsque Star Trek a été annulé,... ..beaucoup de fans et de spectateurs ont été vraiment déçus. La légende veut que l'année où Star Trek a été annulé était la dernière année où l'audimat n'était mesuré qu'en chiffres. L'année d'après, il était mesuré en données démographiques. NBC a regardé l'analyse des vieux indices d'écoute pour Star Trek et a dit : "Si on avait su qu'autant de jeunes adultes masculins regardaient, on n'aurait jamais annulé le programme." Non pas qu'un groupe s'est créé lorsque Star Trek a eu la licence de distribution. ce groupe avait toujours été là. Mais tout à coup, on a su qu'il existait, et qui ils étaient. Ils étaient un groupe pour eux. Les tout-puissants 18-24 ans étaient représentés par Star Trek en quantité étonnante.
 

 

C'est ce qui a fait la différence. Ils ont dit : "Si ça marche avec le profil démographique, peut-être qu'on a gardé les mauvais programmes." Ils se sont dit : "On va le mettre à l'heure des infos." "Personne ne le regardera et il ne posera plus de problème." "Ce sera un de ces programmes qui a perdu de l'argent."

On l'a programmé à 18 heures. Tout le monde est à la maison. Ils font la vaisselle ou commencent à manger. Et ça a marché. L'audimat a explosé. Tout le monde sur la planète a commencé à regarder Star Trek.
 
Les jeunes adultes n'étaient pas intéressés par les infos. Mais ils étaient intéressés par Star Trek. certains épisodes passaient à 22 heures. ces jeunes n'avaient peut-être pas pu le voir à 14 ans. Mais maintenant à 18-17 ans, ils pouvaient le regarder.

Paramount s'est rendu compte que Star Trek avait du succès. Ils étaient frustrés : "On a eu notre chance, on l'a ratée, mais ce programme est à nous." "Comment le redévelopper et se le réapproprier ?" De plus, c'est un peu comme si l'histoire se répétait, le réseau Paramount était sur le point d'être créé.
 

 

Paramount décida de créer un quatrième réseau. Star Trek : Phase II allait être le programme phare du réseau. Harold Livingston supervisait l'écriture du scénario et moi le développement artistique. Gene revenait pour travailler sur Star Trek. C'est intéressant car je lui avais parlé quelques mois auparavant et on avait parlé de Star Trek. Il n'était pas si enthousiasmé à l'idée d'un nouveau Star Trek. C'est quelque chose dont on a très peu parlé. Pour lui, c'était du déjà fait. Il voulait passer à autre chose et poser ses marques ailleurs. Bien sûr, il a saisi la chance de retravailler sur Star Trek.
 

 

Il avait tant de bons programmes. Mais il ne pouvait jamais penser à autre chose qu'à Star Trek. Dès qu'il commençait à prendre du recul, Paramount revenait à la charge de plus belle. Il S'est mis à penser : "Peut-être que c'est mon destin."
 

 

D'un côté, j'assistais aux réunions du scénario et de l'autre, je m'occupais de faire laver la voiture de Gene. Donc... Mais Harold trouvait qu'aux réunions du scénario, j'apportais beaucoup de choses. Je connaissais bien Star Trek, je savais ce qui avait été fait, je connaissais les personnages et comprenais la structure d'un script. Quand je participais aux réunions, il trouvait mes contributions très importantes. Pour lui, je me comportais comme un scénariste et apportais autant, donc je devais être appelé et payé comme tel.
 

 

Bob Goodwin était producteur délégué. Gene était producteur exécutif. Jon Povill était son assistant. Alan Dean Foster a proposé l'histoire sur V'Ger, que Gene et moi aimions, et on a accepté de la développer.
 

 

Ça s'appelait In Thy Image. Le sujet était... ..je ne me souviens pas si c'était Voyager dans la version originale. Il s'agissait d'un satellite qui avait disparu après son lancement, et s'était retrouvé sur une planète machine, où il avait été adopté, amélioré, puis réexpédié. En cours de route, il est devenu très dangereux et il fallait faire quelque chose.
 

 

Foster a dû s'absenter. Ça ne m'inquiétait pas. Je voulais trouver un scénariste pour le pilote, et n'y arrivais pas. J'ai finalement recruté Bill Norton, un auteur de renom. Il a accepté de le faire. Deux semaines après, il m'a annoncé qu'il ne pouvait pas le faire. Je n'avais plus que cinq semaines. Je n'avais plus le choix. Il fallait que je m'enferme chez moi, m'installe par terre et que j'écrive le pilote moi-même, ce que je ne voulais pas faire. Mais j'avais cinq semaines. J'étais jeune alors et j'avais beaucoup de ressources. J'ai écrit le script.
 

 

On pensait que c'était une série. Puis on a entendu des rumeurs que ce serait un film, puis une série. Ça a changé quatre fois.
 

 

Une fois par mois, le film avait de nouveau le feu vert. C'était déroutant. J'ai oublié leurs noms.
 

 

Ça changeait donc tout le temps. "Est-ce que ce sera un film? A gros budget? Une série télé ?" Ils ont finalement pris la décision. "Nous allons créer le réseau de télévision Paramount, faire une seconde série Star Trek, avec Leonard Nimoy, William Shatner et les acteurs habituels pour un nouveau contrat de cinq ans."
 
Ils voulaient l'équipe originale. Mais ils n'ont pas eu Leonard. Il fallait donc créer un nouveau personnage pour remplacer Spock et ce personnage était Xon.
 

 

Ma vision du personnage, qui est d'ailleurs restée fidèle à travers mon exploration de Xon, est que c'était un vrai Vulcain. Il n'avait pas de connexions humaines, émotionnelles. Les émotions avaient été bannies de sa planète, génération après génération, pour éviter les guerres. Pour les premiers bouts d'essais que l'on a faits pour Xon, ils avaient fait venir autant d'acteurs au profil correspondant que possible. Xon avait 23, 24, 25 ans, juste sorti de l'Académie des sciences de Vulcain. Un personnage jeune, engageant. Il y avait beaucoup d'acteurs de théâtre que je reconnaissais. Des acteurs qui avaient fait beaucoup de films. La concurrence était considérable. Ça se sentait, comme dans un match de foot. Qui aurait le ballon ? Et j'ai gagné. J'ai gagné le match.
 

 

On avait la série qui était la figure de proue de Paramount. Star Trek. Ils refaisaient l'Enterprise, les décors, commandaient des scripts. Ils imaginaient ce qu'allait être la vie au 23ème siècle. Il y a eu des essais production pour la salle des machines. Et les essais maquillage d'Ilia. Le 3 août 1977, moins de deux mois après l'annonce de Phase II, il y a eu une réunion avec Michael Eisner, Bob Goodwin, Gene Roddenberry et toute l'équipe de production. Bob Goodwin proposa à Michael Eisner In Thy Image d'Alan Dean Foster. Bob Goodwin raconte qu'après avoir écouté l'histoire, Eisner a tapé du poing sur la table, et a dit: "Cela fait cinq ans que l'on cherche un long métrage pour Star Trek. " "Le voilà."
 

 


Après l'impressionnant succès du premier film, "Star Trek" est deVenu le produit de base de Paramount et a abouti à une série de films. Le retour de "Star Trek" sur le petit écran a eu du succès en 1987 avec "Star Trek : La Nouvelle Génération", suivi de "Star Trek: Deep Space 9" en 1993. Mais ce n'est pas avant 1995 que le cinquième réseau, UPN, a été mis sur pied, avec la première diffUsion de "Star Trek: Voyager". Avec le départ de "Voyager" en 2001 est née la cinquième incarnation de "Star Trek", "Enterprise". "Star Trek" continue de s'aventurer dans les recoins les plus éloignés des autres programmes de divertissements.

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du DVD Star Trek, le film