Passage en revue de l'équipage

Bas de page


PROFIL DE L'EQUIPAGE

Capitaine Jean-Luc Picard
Patrick Stewart, Capitaine Jean-Luc Picard (Interview du 15 novembre 2001) Il m'a paru de plus en plus clair...que le personnage serait confiné à un cadre bien précis. La passerelle, mon bureau, ou devant l'écran à parler. Je me transformais en négociateur. Picard est un formidable négociateur. Mais je ne faisais que parler. Gene, lui aussi, trouvait que le capitaine devait se relâcher un peu ou bien le personnage stagnerait. Et donc, de façon assez théâtrale parfois, on a fait intervenir le capitaine dans des scènes d'action, sans pour autant aller à contresens du principe de base qui veut qu'on lui évite toute situation dangereuse.
Berverly et Wesley Crusher
Gates Mc Fadden, Beverly Crusher (Interview du 27 septembre 1989) On avait choisi de faire passer mon départ comme une chose normale. Ca n'avait rien d'important. J'étais simplement en mission pour Starfleet. A parcourir l'espace en vitesse de distorsion, à me faire les ongles. Et là, je reviens. C'est un profond changement. Quand on reste un an sans voir un adolescent... C'est un jeune homme. C'est super. Je suis encore plus à l'aise avec Will qu'avant. C'est un adulte, à présent, à qui j'offrirais d'aller au cinéma. C'est un peu en ça que je me sens plus proche de lui.
Wil Wheaton, Wesley Crusher (Interview du 27 septembre 1989) Leur relation ne sera plus tant de mère à fils que d'officier à officier. Du moins, c'est comme ça que je le vois. Après un an au rang de sous-officier, avec le prestige et les responsabilités que cela comporte, de voir revenir sa mère, c'est pas cool.
Riker et Troi
Jonathan Frakes, William Riker (Interview du 2 novembre 2001) Il y a une chose que Marina et moi avons refusé de voir disparaître. C'est la relation entre Riker et Troi. Même quand scénaristes, producteurs et réalisateurs semblent l'oublier.
Marina Sirtis, Deanna Troi (Interview du 1er novembre 2001) Avant d'arriver sur l'Enterprise, on a eu une aventure. Mais ils ont rompu car lui est un officier de Starfleet ambitieux qui veut un jour devenir capitaine. ll veut se concentrer sur sa carrière. Donc ils rompent pour finalement se retrouver sur l'Enterprise. En fait, on avait l'impression qu'ils avaient une aventure seulement si ça servait l'épisode de la semaine.
Jonathan Frakes Marina et moi sommes très proches, et avons des conversations très intimes. On parle de nos amours, de nos mariages respectifs et de nos amis. On a puisé dans ce rapport que nous avons pour Riker et Troi.
Marina Sirtis C'était difficile. ll est devenu le tombeur de la galaxie. Chaque semaine, c'en était une autre. L'extraterrestre de la semaine. J'ai dû définir pour Troi ce qu'elle ressentait pour lui et garder ça. J'ai toujours été très fière du fait que Troi et Crusher sont deux femmes très fortes. Je ne trouvais pas ça très bien de faire passer Troi pour un paillasson quand il s'agit de Riker. Qu'il lui suffit d'un claquement de doigt pour qu'elle accourt. Je ne trouvais pas ça bien.

Patrick Stewart, Capitaine Jean-Luc Picard (Interview du 15 novembre 2001) On était toujours contents d'avoir Majel dans un épisode. Elle était bien sûr là tous les jours pour faire la voix de l'ordinateur. Le personnage qu'on a créé pour elle, Lwaxana Troi, la mère de Deanna Troi, correspondait parfaitement à Majel, à son style, à son sens de l'humour. A son extravagance. L'histoire qu'elle a avec le capitaine, traitée sur un ton humoristique, a été pour nous tous source de divertissement. Pour beaucoup d'entre nous, elle faisait partie de la bande.
Marina Sirtis Avec Majel, c'était...bien plus qu'une personne qui joue le rôle de ma mère. La première fois, j'avais un trac énorme. La femme du patron va arriver, il faut assurer. Mais au bout de cinq minutes, on s'est tous rendus compte qu'elle était plus loufoque que nous et qu'elle était là pour s'éclater. Elle s'est très bien intégrée. C'était très sympa.
Jonathan Frakes L'un de mes meilleurs souvenirs, c'est quand...Majel tombe amoureuse d'un Ferengi et apprend le oo-mox, un préliminaire amoureux ferengi. L'image de cette merveilleuse actrice à la carrière couronnée de succès, qui habite un château à Bel Air, en train de caresser les oreilles d'un Ferengi me plaît bien.
Worf
Ira Steven Behr, Scénariste/Producteur (Interview du 9 octobre 1996) Worf est le seul Klingon officier de la Fédération. C'est un peu un paria parmi les siens. Il a eu la fortune un peu capricieuse sur les sept saisons de la série. Ca a toujours été un homme seul. Toujours à l'écart, à la fois des siens et aussi de l'équipage. Worf n'a jamais été proche de personne au sein de l'équipage dans La Nouvelle Génération. ll les respecte, oui. Il les apprécie, oui. Mais ce n'est pas quelqu'un avec qui on va passer du temps à la holosuite.
Michael Piller (Interview du 21 août 1991) Dans un épisode, Worf est en mesure de sauver la vie d'un Romulien. Tout le monde cherchait un moyen d'en faire une décision intéressante à prendre par Worf. J'étais nouveau mais je leur ai dit : "Je ne crois pas qu'il le ferait." "Je crois qu'il le laisserait mourir. C'est son ennemi de sang." Tout le monde était choqué. J'ai dit : "C'est dans la nature de Worf d'agir selon son coeur." "Si c'est bien écrit, le public comprendra." C'est de là qu'on est partis. L'acteur est alors venu me dire que je détruisais son personnage. Il a vite compris que c'était dans la nature du personnage. Si l'on reste fidèle au personnage, ça finit toujours par payer. Ca a été le point de départ de son développement. Cet épisode aborde des conflits intérieurs fondamentaux chez Worf. L'interprétation de Michael est formidable et le maquillage lui offre de belles possibilités de jeu.
Geordi La Forge
Levar Burton, Geordi La Forge (Interview du 8 novembre 2001) Dans les deuxième et troisième saisons, les producteurs se sont rendus compte que tout le monde avait son domaine de compétence. Ce n'est que lorsqu'ils se sont aperçus que...qu'on avait eu une succession d'ingénieurs, un poste important à bord du vaisseau. "On a un personnage, un acteur même, qui n'a pas grand-chose à faire !" "Faisons passer Geordi au rang de chef ingénieur." C'est à partir de là que le personnage a commencé à prendre vie. Il a toute une partie du vaisseau à sa charge, il a des responsabilités. Il a son espace d'où il peut jouer un rôle. Il a son propre bureau, du personnel sous ses ordres. Mais ça restait très superficiel. On en a fait un ingénieur avec des idées, un jargon technique,... qui résout des problèmes compliqués, mais on nous montre très rarement le fond de son âme.
Extrait de l'épisode "PIEGES"
- Je ne comprends pas, Guinan. Je sais détacher un moteur à fusion. Réparer un circuit de transfert énergétique. Pourquoi je ne sais pas m'y prendre avec Christi ? C'est simple... Je ne sais pas quoi dire.
- Vous y arrivez bien avec moi.
- Vous êtes différente.
- Non, c'est vous.
- Mais je ne cherche rien.
- Tout le problème est là.
Levar Burton Pour une raison ou pour une autre, les scénaristes, que ce soit par omission ou de façon inconsciente... Je sais qu'il y a eu une volonté consciente de leur part et qu'ils trouvaient cela amusant de montrer un Geordi mal à l'aise avec les femmes, mais en fin de compte, on abordait davantage la sexualité des autres. Et Geordi est devenu cet être complètement asexué. La sexualité des Klingons a été explorée dans les détails. Egalement... Ne commençons même pas à parler de Riker et de sa sexualité. Quant à Picard, toujours à faire la cour sur une planète quelconque... ..ou dans une situation quelconque. On a même abordé la sexualité de l'androïïïde davantage que celle de ce Noir.

Haut de page Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD The Next Generation Saison 3