Nouvelles civilisations

Bas de page


 

David Livingston, producteur (interview du 14 mars 2002) : "Star Trek" est une série filmée essentiellement en studio. D'abord, on est sur un vaisseau. L'action se déroule la plupart du temps sur le vaisseau. On peut aller ailleurs. Mais c'est vraiment difficile de trouver des lieux du 24ème siècle au 21 ème siècle. En général, il s'agit de déserts ou de forêts. Sans aucun bâtiment. Parce que dès qu'on montre un bâtiment, ça fait 20ème siècle, et non 24ème siècle. Le problème qu'on avait quand les scénaristes pensaient à un lieu, c'était d'essayer de le trouver. lls n'écrivaient pas : "Une ville du 24ème siècle où l'action se déroule dehors." lls savent que ça n'existe pas. Mais ils nous demandaient si on pouvait trouver ce genre d'endroit. ll y a certains endroits à Los Angeles qui font très futuristes. L'usine de traitement des eaux de Tillman, par exemple. C'est là que finissent les eaux usées de la Vallée pour être traitées et ressortir propres. Ce bâtiment futuriste est devenu Starfleet Academy dans "Star Trek". "TNG", "Voyager" et "Deep Space Nine" s'en sont servis. Et je suis sûr qu'il fera une apparition dans "Enterprise". Les jardins japonais adjacents à Tillman apparaissent dans des épisodes. Parce qu'ils font intemporels. Mais dès qu'il y avait des bâtiments, on voulait être sûr que le public se croie au 24ème siècle. Grâce aux caches et à de subtils changements, je crois qu'on a réussi. On a le teint blême à travailler sur "Star Trek" parce qu'on ne voit pas la lumière du soleil. On est en extérieur une dizaine de fois par saison. Et l'équipe adore ça. C'est un peu le jour de sortie. Tout de suite, on sort les shorts, les frisbees. C'est comme un pique-nique. On a du mal à avoir leur concentration.

Peter Lauritson, producteur exécutif (interview du 21 août 1991) : On a tourné à deux endroits. A Palmdale, pour le vignoble. Là encore, on s'est servis de la technique des caches. Syd Dutton est un magicien dans le domaine. On a filmé un plan du vignoble avec nos acteurs. Puis on a peint tout autour pour obtenir ce plan large. On avait vraiment l'impression d'essayer de reconstituer la France du 23ème siècle. On a filmé le vignoble à un endroit et on a fait croire qu'il touchait cette maison qu'on a trouvée sur Ventura Boulevard. C'est incroyable comme ces deux extérieurs se combinent pour donner l'illusion d'un seul grand vignoble. "En Famille" a été nominé pour la photographie, qui était magnifique. Les décors intérieurs étaient excellents. Les éclairages conçus pour donner l'illusion que l'intérieur se trouvait bien là... La lumière du soleil par les fenêtres, le bruissement des arbres dehors. Tout correspondait parfaitement. Les régions de Palmdale et de Lancaster pour "La dernière mission". C'était le dernier épisode de Wesley Crusher. J'ai trouvé que ça rendait bien. Un seul jour en extérieur et tout le reste en intérieur. Les grottes et tout le reste. Mais j'ai trouvé que ça rendait bien.
Wil Wheaton (interview du 14 février 2002) : On a tourné cet épisode à Lake Los Angeles. C'est un lac desséché, complètement désolé. Quand on se rend du parking sur le lieu de tournage, on s'attend à se faire enlever par des extraterrestres ou par des dingues fanatiques qui vivent dans les montagnes. Des conditions de tournage vraiment pénibles. ll faisait chaud le jour et très froid la nuit. De la poussière qui s'infiltrait partout.
Peter Lauritson, producteur exécutif : Croyez-le ou non, mais nous sommes allés à Malibu trouver cette maison à l'allure très moderne. Pour qu'elle fasse plus extraterrestre, nous avons fabriqué un cache... faisant panoramique et donnant l'illusion que tout est là. Les trois quarts de l'image que l'on voit sont peints. Le reste est réel. Et on a téléporté notre équipe dans le jardin de cette maison. Un effet spécial qui a exigé pas mal de travail. C'est un effet très technique.

"LE MEILLEUR DES DEUX MONDES"

Peter Lauritson, producteur exécutif : L'épisode Borg était différent. C'était le dernier épisode de la saison, avec une fin à suspense afin de garder l'intérêt du public entre les deux saisons. La 2nde partie, le grand final, marquait le début de la 4ème saison. On a beaucoup investi dans cet épisode.
David Livingston, producteur : On sent dès la lecture du scénario quels seront les meilleurs épisodes. Tout le monde se lance. On se rend compte que c'est quelque chose de spécial. Tout le monde est plein d'énergie. Car on sait que ce sera un épisode mémorable.
Peter Lauritson, producteur exécutif : Je dirais que, dans l'épisode Borg, un seul épisode d'une heure, il doit bien y avoir 700 à 800 points de montage.
David Livingston, producteur : C'était un vrai film de cinéma. Les épisodes en deux parties ont généralement un plus gros cachet. Les budgets sont plus importants.
Peter Lauritson, producteur exécutif : ll y avait sans doute 80 effets spéciaux dans la 1ère partie, et au moins autant dans la seconde. Ca n'a pas été tâche facile.
David Livingston, producteur : ll y avait des épisodes comme "Le meilleur des deux mondes". Et aussi des épisodes sur vaisseau, qui se déroulaient dans des décors existants avec les acteurs de la série, et sans ou très peu d'apparition spéciale. Pas de nouveaux décors ou costumes, aucuns effets spéciaux particuliers. Aucuns effets visuels trop coûteux. Ce genre d'épisodes permettaient d'en réaliser d'autres plus imposants, où l'on pouvait mettre quelques centaines de dollars supplémentaires. Mais "Le meilleur des deux mondes" était particulier.
Peter Lauritson, producteur exécutif : Je suis très fier de l'équipe qu'on avait en postproduction. Chaque semaine, on en faisait plus au niveau visuel et bruitage que n'importe quelle autre série télé. Je trouvais ça fascinant.
Mike Okuda, responsable scénique (interview du 21 août 1991) : Dans "Le meilleur des deux mondes, 2ème partie",...on détruit pas mal de vaisseaux. Greg Jein a fabriqué la plupart des vaisseaux détruits à partir des pièces détachées des maquettes de la série et des films.
Gary Hutzel, coordinateur effets spéciaux (interview du 7 mars 2002) : Essayer de reproduire un champ de bataille dévasté n'a pas été chose facile. Nous n'avions pas le temps nécessaire pour composer un plan de cette nature. Nous avons dû nous contenter de ce que nous avions. Quand on arrive à Wolf 359 et qu'on voit la flotte anéantie, il s'agit pour la plupart d'éléments qu'on a trouvés. Des morceaux de vaisseaux des films qu'on est allés chercher, ou des maquettes de vaisseaux à assembler, et tout ça en l'espace de quelques jours seulement.

 

Mike Okuda, responsable scénique : On voulait montrer toute une variété de vaisseaux différents. La plupart de ces vaisseaux ont été assemblés à partir de kits. On les a montés différemment pour faire croire qu'ils sont différents. Certains sont en très mauvais état. Les Borgs visent plutôt bien.
Gary Hutzel, coordinateur effets spéciaux : On a filmé la plupart de ces éléments en plusieurs fois. D'abord l'arrière-plan, composé de vaisseaux suspendus à des fils, et filmé en plan d'ensemble. ll y avait un autre plan où on avance avec le navire pour dévoiler le champ de bataille. On avait une maquette au 1er plan, puis différents niveaux derrière. Mais il a fallu réaliser ce plan en très peu de temps.
Mike Okuda, responsable scénique : J'étais en postproduction, et je travaillais sur la maquette de l'un des vaisseaux détruits. J'ajoutais des avaries au vaisseau pour la scène du cimetière. Patrick Stewart a débarqué alors au service artistique. ll m'a demandé ce que je faisais. Je lui ai tendu le vaisseau en lui disant : "Regarde ce que tu as fait."
Gary Hutzel, coordinateur effets spéciaux : Le plan est en fait une réussite. Nous étions très contents de notre travail de toute dernière minute. L'explosion du vaisseau borg était très importante. C'était un moment décisif. ll fallait faire impressionnant. ll nous fallait une explosion spectaculaire. Dick Brownfield était notre responsable des effets. ll a remué ciel et terre, et a sorti le grand jeu. Mais comme d'habitude, tout l'argent est passé dans l'explosion. ll ne nous restait rien pour le vaisseau. On avait un vaisseau à fabriquer, sans argent. Ca a été à moi de le fabriquer. Le vaisseau utilisé pour l'explosion faisait environ 60 cm2. Dennis et moi nous sommes retrouvés sur une table, avec des kits de maquettes à assembler, à détacher les pièces, en gardant les bouts de plastique qui entourent les pièces, pour les coller sur notre boîte. Puis une couche de peinture et encore d'autres trucs à coller. Finalement, on tenait notre vaisseau borg. L'explosion a été spectaculaire. Une seule prise a suffi.
 

Haut de page Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD The Next Generation Saison 4