Star Trek, Imaginer le futur

Bas de page


COSTUMES "TNG" ET "DS9"
Marina Sirtis, Deanna Troi (Interview du 30 mars 1994) Nous voilà devant la salle des costumes de "TNG" et de "DS9". lls nous prennent pour des idiots. "Veuillez fermer la porte à cause des courants d'air." lls ont oublié où on était. ll n'y a pas de courants d'air en Californie du sud. Alors fermez la porte derrière vous. Dans l'entrée ici, nous avons notre mur de la honte. Des photos des différents costumiers occupés à des tâches qu'ils auraient préféré oublier. Et en voilà une qui retient l'attention. Robert Blackman, costumier récompensé aux Emmy Awards.
Robert Blackman, CREATEUR DE COSTUMES (Interview du 23 mars 1994) Je suis arrivé à la 3ème saison. On a fait appel à moi pour créer les costumes. La première chose qu'on m'a demandé de faire, c'était de modifier les costumes d'origine créés pour la série. On a fini par faire des costumes deux pièces en laine qui respire. Ca paraît plus chaud, mais en fait, l'air et la chaleur circulent, donc c'est mieux. On a rajouté un col. On a enlevé ça. Les producteurs trouvaient que ça faisait trop chargé, donc on a fait plus dépouillé. Le col était assez bas. Ca faisait un peu trop pyjama. Pour que ça fasse un peu plus habillé, on a ajouté ce petit col mandarin. La taille est élastique. Une veste Eisenhower 24ème siècle, sur un pantalon de laine noir.
Marina Sirtis On a intérêt à bien garder tout ceci, j'imagine. Les costumes "Star Trek", convoités par tous les Trekkies. Les trois couleurs. Ne me demandez pas à quoi elles correspondent. J'ai oublié. Je porte le bleu. La science. Le rouge, c'est pour le commandement. Ceux qui occupent des postes de commandement. Le jaune correspond à la sécurité et à la tactique. A savoir les ingénieurs et la sécurité. Ca concerne Worf, Geordi et Data. C'est ma partie préférée. C'est le soutien-gorge réglementaire de Starfleet. Je suis en partie responsable du fait que toutes les femmes de la série en portent un. C'est parce que ça marche vraiment. Ca rajoute quelques centimètres. Ce qui s'est passé, c'est que moi, j'en portais un. Les filles me voyaient arriver le matin, et après, elles me voyaient en Troi. Elles ont voulu le même. Maintenant, on les fait faire spécialement. Comme vous le voyez, on en a des douzaines. Toutes les femmes de "Star Trek" en portent un. Et un peu plus loin, on a...mon 2ème article préféré, les slips pour hommes. Des slips spéciaux invisibles sous le costume. Je ne les avais encore jamais vus, donc ça m'intéresse autant que vous. Mon Dieu. Bon. Je ne sais pas qui les porte, mais il y en a beaucoup. Certains de mes collègues les portent peut-être.

LA FABRICATION

Robert Blackman, CREATEUR DE COSTUMES (Interview du 23 mars 1994) J'ai reçu le script de "Toutes les bonnes choses...". Un épisode de deux heures qui conclut "La Nouvelle Génération". Je l'ai lu. Ca parle de voyage dans le temps. Dans le passé, le présent, le futur, certains incidents sont reconnaissables et d'autres pas. En avant, toute. Dans les scènes du futur, les uniformes de Starfleet remontent à 25 ans dans le futur. Pour la continuité, je voulais faire un nouvel uniforme. Au départ, ils voulaient juste un nouveau communicateur. J'ai parlé de mon idée à Rick. Ca lui a plu. J'ai commencé à dessiner. Je lui ai présenté mes dessins. ll a choisi le meilleur à ses yeux, et on s'y est mis. Le dessin... Je fais ce que j'appelle des ébauches d'esquisses. Mais en gros, c'est ça. Voici une photocopie d'un dessin en couleur. Dessiné sur du papier brouillon. On fait dans le sophistiqué ! Ca, c'est le dessin. Voici comment ça se passe. J'ai réuni mes essayeurs. René Nault et Rory Cunningham. Les traits bleus correspondent à la composition du costume. Comment allons-nous le composer ? Comment sera le col vu de dos, par exemple. C'est le point de départ. On a fait venir des mannequins pour essayer les costumes. Tout semblait aller. On est passés à la confection des 25 costumes nécessaires.
Marina Sirtis Passons en cabine d'essayage. Et voilà. Là, évidemment, il ne s'agit pas d'uniformes de Starfleet. Ce sont des sortes de costumes d'époque. J'ai l'impression que ces costumes ont servi dans le dernier épisode de "La Nouvelle Génération", "Toutes les bonnes choses...". On fait un flash-back sur le pilote, "Rendez-vous à Farpoint", où nous étions jugés par Q.
Robert Blackman Tous ces costumes que l'on voit ici ont été recréés à partir de la scène du procès de l'épisode pilote pour la quarantaine de personnes représentant la populace.
Marina Sirtis Voilà ce qu'ils utilisent quand on n'est pas là. Des mannequins de nous sur lesquels ils essaient les costumes et font la plupart des retouches. Celui-ci doit être le mien. Devinez pourquoi. Ca ne me plaît pas qu'on lui ait rajouté des hanches. Ce n'est peut-être pas le mien. Je le rejette. Mais c'est ainsi qu'on confectionne les costumes. Nous, on vient pour l'essayage final.
Robert Blackman Ce costume est pour le Dr Beverly Crusher, Gates McFadden, qui, dans les scènes du futur du dernier épisode de deux heures, est devenue capitaine. Elle passe donc à l'uniforme rouge. La couleur est la même pour la poitrine et le corps. Seule cette bande noire les sépare. Mais il a cette espèce de col croisé sur le devant.
Robert Blackman, CREATEUR DE COSTUMES (Interview du 11 juillet 2002) J'ai parcouru certaines archives, j'ai revu "Fantasmes holographiques", "Qpidon" et "La Flèche du temps". J'ai été stupéfié par la quantité de costumes fabriqués, le nombre de costumes créés chaque semaine. Majel est extraordinaire. C'était un vrai plaisir de l'habiller, d'essayer toutes ces choses. ll n'y avait rien qui... Je n'allais jamais trop loin pour elle. J'avais en tête le personnage de Lwaxana Troi. C'est un peu la tata farfelue. Le genre de personne un peu farfelue mais merveilleuse qu'on aimerait avoir dans sa famille, plus vraie que nature et qui a le courage de faire ce que peut-être on n'oserait pas faire. Un des épisodes que je garde à l'esprit, bizarrement, c'est "Une Journée de Data". C'était une belle façon de nous faire voir ce personnage mécanique. On le suit sur 24 heures de sa vie d'androïïïde. Une manière très habile de nous faire voir le génie de Brent Spiner dans le rôle de Data. On l'observe toute une journée, vaquant à ses tâches quotidiennes. J'ai trouvé ça très intéressant. L'épisode nous en apprenait plus sur un personnage. Ca m'a plu. La série a constitué pour moi un énorme apprentissage. La première saison a été vraiment dure. J'avais l'impression d'avancer contre les éléments, de courir un marathon, pour ne pas me laisser déborder parce que je ne disposais d'aucune référence dans le futur. ll fallait donc que j'assimile, que je conçoive, tout en sachant où j'allais au fur et à mesure. Heureusement pour moi, Rick aime expérimenter.

Haut de page Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD The Next Generation Saison 7