Alerte rouge : effets spéiaux 2ème saison

Dan Curry, producteur d'effets spéciaux (30 juillet 2003)

Parlons un peu des effets spéciaux de la 2e saison de Voyager.
 
Dans "Soins et passion", il a fallu reproduire plusieurs couches du corps et les surimposer l'une sur l'autre pour la reconstruction de la Vidiienne dans l'état où se trouvait le corps de la patiente avant la maladie dont souffrent les Vidiiens. Nous avons donc créé par ordinateur des modèles 3D des différents stades et par morphing, nous avons créé l'illusion d'une reconstruction holographique. Il existe des logiciels d'anatomie en 3D facilement démontables. Ce sont généralement des logiciels éducatifs, mais on s'en sert beaucoup. Autrefois, j'ai été illustrateur biomédical. Parfois, quand on a ce genre de choses, je dessine tout simpIement.
 
Dans "Soins et passion", à la fin de l'épisode, le docteur invite la Vidiienne à venir admirer Mars en décapotable au cours d'un rendez-vous amoureux. Il s'agit d'un plan filmé à la grue dans un décor partiel. Le décor s'arrête sur l'accotement devant la voiture. Au-delà de ça, on a mis un fond bleu afin de pouvoir isoler le vrai décor du reste. J'ai fait une partie de l'arrière-plan sur Photoshop. J'ai fait un composite sur Photoshop d'éléments dessinés à la main et d'éléments de maquettes. Il s'agissait de maquettes qu'on utilise beaucoup pour divers objets grandeur nature à l'allure high-tech. J'en avais remarqué un qui ressemblait à une construction. On a mis un filtre de réverbération à l'intérieur du truc en plastique et c'est devenu un grand complexe d'habitation qu'on voit au loin.
 
Pour les éclairs, normalement... Ca dépend des cas, mais normalement, Marvin loue un générateur d'éclairs. C'est une lumière stroboscopique très rapide. qui illumine les acteurs de lumière interactive. Les éclairs qu'on voit à l'écran sont ajoutés à la main. Greg Rainoff, l'animateur d'effets visuels, dessine les éclairs image par image sur l'un de nos systèmes. Au début de Voyager ça aurait été un effet Henry. Souvent, quand il faut une lumière interactive, pour éviter d'être gênés par une mauvaise synchro, on demande à Marvin de ne pas nous fournir la lumière interactive. Elle est alors peinte à la main sur le personnage comme si ça venait du phénomène en question.
 
Quand on a un acteur interprétant deux personnages ou plus, des copies d'eux-mêmes, on travaille en étroite collaboration avec le réalisateur et les producteurs, et bien sûr avec Marvin, afin de choisir la technique qui convient le mieux à chaque plan. S'il n'y a aucun contact physique entre les deux personnages, on se contentera d'un simple split-screen, et dans ce cas, on a une doublure d'un côté, et l'actrice elle-même de l'autre. On filme d'abord la moitié de la scène, ensuite, l'actrice va se changer et revient jouer l'autre moitié. Ensuite, on joint les deux images de façon bien synchro et ça crée l'illusion qu'elles sont face à face.
 
Si par contre, il y a un contact physique, on aura alors une doublure qui touchera le bras de l'actrice. Elle se tiendra de façon à ce qu'on prenne son bras pour celui de l'actrice tandis que l'actrice sera face à elle ainsi, pour que le bras de la doublure la touche. Si l'une contourne l'autre, cela peut créer une ombre. On se servira de quelqu'un d'autre ou d'un objet quelconque pour projeter l'ombre sur l'actrice. Dans ce cas, on tournera la scène sur fond bleu afin de pouvoir les isoler, Ou bien, on les filmera sur fond vert, si l'une doit passer devant l'autre.
Tout dépend de la complexité du plan. Les plans de ce type les plus compliqués sont ceux filmés à la grue programmée, quand il faut que la caméra bouge. Si on a un travelling élaboré, il faut filmer une 1ère moitié du plan, puis refilmer en déplaçant la caméra de la même manière et à la même vitesse. Ensuite, l'actrice va se changer et on recommence. Et enfin, on filme la même chose une 3e fois sans personne au cas où il faudrait remplacer quelque chose. Comme ça, on a un décor vierge.
 

On a filmé Garrett sur fond bleu. Le vent est produit par des générateurs de vent. Et c'est tout. Le vide derrière a été ajouté en postproduction, puis au rotoscope, on a dessiné le trou et le vide spatial dans lequel Garrett tombe sur fond bleu. Etant donné que la lumière change au fur et à mesure qu'il tombe, on a dû changer l'éclairage tandis qu'il s'éloigne du vaisseau. Un plan de ce genre qui ne dure que quelques secondes à l'écran représente 200 heures de travail.
 
David Stipes était superviseur des effets spéciaux pour cet épisode. On a beaucoup travaillé en numérique pour cet épisode. La table de billard, le sol, les murs, on a pu passer tout ça dans nos machines super high-tech dont on se sert pour déformer l'image et créer cet effet. Autrefois, cela aurait été extrêmement difficile à réaliser. Pour l'attentat suicide kazon, l'équipe des accessoires avait fait un ongle d'orteil détachable avec un peu de Methocel, le produit utilisé pour épaissir les milk-shakes. Quand il détache l'ongle, on a cette pâte gluante. Pour la scène où on le voit se dilater, on l'a filmé sur fond bleu pour pouvoir l'isoler, puis, à l'aide des fonctions intégrées du logiciel de compositing, on l'a fait se dilater comme s'il allait exploser.
 
Le plus intéressant, c'est quand ils deviennent des lézards. Il y avait une personne à l'intérieur d'une grosse créature lézardesque. Je n'en revenais pas comme elle arrivait à la faire bouger. Ensuite, on a une scène où les petits plongent dans l'eau. Il fallait faire en sorte que la surface de l'eau réagisse. La créature que j'avais créée était un phoque croisé avec un reptile. On a rempli de sable une chaussette noire à leur taille, qu'on a fait glisser dans l'eau, pour que ça éclabousse. Comme la chaussette était noire, elle se voyait à peine. Ensuite, on a remplacé la chaussette par une créature en images de synthèse et on a l'impression que c'est elle qui entre en contact avec l'eau, alors que ce n'est qu'une chaussette remplie de sable correspondant en poids et en taille à la créature.
 
On a filmé le docteur dans une sorte de harnais qui ressemble à un pantalon et qui est relié à la taille, le centre de gravité, pour qu'il se balance bien. On a filmé Bob sur fond bleu et on l'a superposé sur une image de l'espace. On l'a filmé en plan large pour qu'on puisse bouger. On a vraiment soigné le story-board de cette séquence, de façon à savoir de quels plans on avait besoin et par conséquent, de faire un budget qui se tienne. 
 
C'est une maquette en polystyrène du Voyager. Elle était plus grande que la vraie maquette qu'on avait, ce qui nous a permis de la filmer comme maquette de perspective forcée et donc de voir comment ça rendrait à l'image pour ensuite composer les images en prenant en compte le vaisseau. C'est Rick Sternbach qui a conçu les trains d'atterrissage. Ils sont en images de synthèse parce qu'ils se déplient et qu'on n'aurait pas pu le faire sur une maquette d'1m50. On avait donc installé des faux trains d'atterrissage. Puis, on a filmé la maquette. Ron Moore était le superviseur. On a mis du papier brun sous la maquette pour faire le relief du sol. Pour reproduire l'illusion parfaite d'un vaisseau dans ce paysage, on a reproduit le relief de notre décor naturel. "Les trente-septiens" a été tourné dans le Bronson Canyon. Il n'y avait pas la place pour accueillir le Voyager, alors à partir de l'entrée du canyon, on a dessiné un cache sur Photoshop... pour élargir l'espace. Puis on a enlevé le "Hollywood" et le reste pour que ça ressemble à une planète déserte.
 

Ronald B. Moore, superviseur effets visuels (16 octobre 2003)

On avait filmé des images de référence dans le Bronson Canyon. On a dû peindre pas mal de choses. Dan est doué pour ça. On a assemblé le tout et ce n'est que plus tard qu'on s'est aperçus que le vaisseau était trop petit. C'est le genre de choses qu'on remarque maintenant, même si on sait où on était, où la scène a été filmée, l'espace qu'il y avait. Ca nous a frappés, mais je ne crois pas que ça se remarque dans l'épisode. Les personnes sont au premier plan et le vaisseau à l'arrière-plan.
 

Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Voyager Saison 2