Capsule temporelle Voyager : Seven of nine

Jerri Ryan - Seven of Nine - 30 mars 2001

La veille de l'audition,  Rick, Brannon et Jeri, les trois producteurs exécutifs,  m'ont rencontrée pendant une heure et demie. Ils ont répondu à mes questions et dissipé mes craintes. Rick m'a dit : "Vous montez dans un train en marche, et vous ignorez sa vitesse jusqu'à ce que vous soyez dedans." Cette métaphore traduisait si bien ce que j'allais vivre.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 18 juin 1997

C'est ma main borg. Ca, c'est ce qu'il reste du laser qu'ils ont retiré. Et ça, je n'en ai aucune idée. J'avais une soucoupe sur la tête, et c'est ce qu'il en reste.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 25 août 1997

C'est excitant de faire partie de Star Trek, et de son histoire. La série nous survivra tous. C'est un sentiment étrange. Tout s'est passé tellement vite. Deux semaines après mes débuts, j'avais ma propre page sur lnternet. Ils savaient ce que je portais, mon nom, mon expérience... tout. C'est très... flatteur. Si vous ne regardez pas Star Trek, vous ne vous rendez pas compte de la popularité de la série. J'ai découvert combien elle était regardée. Nos amis et nos familles la regardent. Ma belle-soeur est une grande fan. Elle n'en revenait pas. Les collègues de mon père sont des inconditionnels. Des amis de fac sont entrés en contact avec moi après tout ce temps. "Je n'arrive pas à croire que tu joues dans Star Trek !" C'est marrant. Ils m'ont raconté l'histoire du  personnage. On m'a expliqué ce qu'était un Borg, ce que j'ignorais jusque-là. Ils m'ont expliqué son parcours. Ils n'ont pas parlé de mon apparence dans les premiers épisodes. Ils n'ont pas insisté là-dessus. Je suis une Borg dans le premier épisode, 100% borg. Je suis chauve, avec des soucoupes en métal sur la tête. J'avais un laser sur un oeil, j'étais grise. Ce n'était pas très beau à voir. Dans le 2e épisode, je suis à moitié borg, et j'ai l'air un peu moins horrible.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 30 mars 2001

J'ai appris tôt que le confort est un terme relatif dans Star Trek. Ils m'ont dit que ce serait du maquillage prosthétique, sans donner de détails. Après avoir moulé mon corps, ils ont procédé à un encrage pour le costume. C'est un moulage en plâtre de mon corps en entier. C'était tout un travail.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 25 août 1997

Peinture corporelle serait une façon de le décrire. C'est assez moelleux. C'est... une sorte de chef-d'oeuvre d'ingénierie. C'est un corset, avec des bords-côtes de type borg, à l'aspect mécanique. Il accentue les courbes, ou disons plutôt qu'il les met en valeur. Ce n'est pas très flatteur. J'ai dû me mettre au régime sec. Désormais mes repas sont espacés. Mais il est vraiment cool.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 30 mars 2001

Il a l'air très simple, on dirait un maillot-combinaison. Tout le monde est surpris lorsque je dis qu'il est très inconfortable. Avec ce genre de costume, porter des dessous ordinaires est impossible. Les soutiens-gorge peuvent se voir. Elles n'en portent pas dans l'espace.
 

 

Kate Mulgrew - capitaine janeway - 30 mars 2003

Va va va voom. Je n'oublierai jamais cette photo. J'étais là pour lui souhaiter la bienvenue. Elle est sortie d'un nuage de fumée, dans sa combinaison "Vegas" argentée, et j'ai su que les taux d'audience allaient grimper. C'était un personnage magnifique, très bien écrit, et Jeri l'a interprété magnifiquement. Sinon elle n'aurait pas rencontré un tel succès.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 25 août 1997

Je trouve que c'est génial de voir... une présence si ouvertement sexy et physique pour ce personnage. Tant que mon personnage est bien écrit, et qu'en tant qu'actrice, j'aurai à relever des défis, je serai heureuse. Seven était un humain. Le Borg l'a assimilée à l'âge de six ans. Il ne lui reste aucun souvenir de l'humanité ou des émotions. Elle a été élevée par le Borg. Dans l'épisode où elle est arrachée au collectif... bien évidemment, elle éprouve de l'animosité envers Janeway. Ce n'était pas quelque chose que Seven désirait. Elle ne voulait pas devenir un humain, et n'a aucun souvenir de l'humanité. Donc elle a peur, elle est en colère et éprouve du ressentiment. Elle finit par se faire à l'idée qu'elle est un être humain, qu'elle devrait s'y habituer, et en tirer un enseignement. C'est une série avec un passé. Elle a été créée il y a des décennies. Il n'y a pas une seule personne née dans la 2e moitié du XXe siècle qui ne connaisse pas Star Trek. Qu'ils le regardent ou pas. C'est marrant de voir la salle de téléportation. Dans la première scène, lorsqu'ils m'ont donné le petit commbadge, j'étais toute excitée, car c'était mon premier accessoire Star Trek. J'ai utilisé tous les gadgets : mon phaseur, mon tricordeur. C'est amusant. Des super gadgets. Dans un des épisodes, un membre de l'équipage commence à flirter avec Seven. Il ne sait pas où il met les pieds. C'est un sujet dont elle ne sait rien. Elle comprend les concepts. Mais elle ne sait absolument pas... quel effet son apparence physique peut provoquer sur l'équipage, ni quoi que ce soit de cette nature. Elle ne connaît que les rudiments de la sexualité.
 

 

Roxann Dawson - lieutenant Torres - 18 juin 1997

Ce qui est formidable, c'est qu'on prend un personnage qui est mauvais, qui est foncièrement mauvais, qu'on rentre dans la peau de ce personnage, et qu'on apprend comment lui et le Borg pensent. C'est un peu comme rentrer dans la tête d'un tueur en série. On apprend comment accéder à leur part d'humanité. Comment trouver le bon dans le mal ? Ce sont des thèmes formidables qui sont très pertinents à l'heure actuelle.
 

 

Kate Mulgrew - capitaine Janeway

Elle a un physique de rêve, qu'elle contrebalance en faisant preuve d'un comportement très carré, intelligent, presque aride et intellectuel, ce qui était très drôle.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 30 mars 2001

Dans l'esprit de Seven, Janeway a agi comme le Borg : elle a décidé pour elle en la séparant du collectif. Deux fois dans sa vie, Seven s'est vu retirer sa liberté. C'est quelque chose qu'elle a du mal à surmonter, mais, progressivement et à contrecoeur, elle finit par respecter Janeway, et par lui donner presque le rôle de figure maternelle. Leur relation n'est pas sans rappeler les rapports mère-fille-ado-rebelle... Elle a la dynamique d'une relation mère-fille. Et en plus d'être son mentor, elle devient son amie.
 

 

Tim Russ - Tuvok - 28 octobre 2003

Sa tâche s'est avérée beaucoup plus ardue que la nôtre, quand elle est arrivée. Parce qu'ils devaient poser les assises de son histoire, de son passé, pour qu'elle soit au même niveau que les autres. J'ai vu son arrivée d'un très bon oeil. Nos deux personnages s'expriment de façon similaire. On a tendance à être à cheval sur les principes et disciplinés. Parce qu'elle est issue d'une société mécanique. Une société drone. Nous avons des comportements similaires.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 25 août 1997

Mon personnage voit l'humanité avec les yeux d'une étrangère. Sa vision est celle d'une enfant, car elle vit des choses pour la 1ère fois. Mais elle possède une sagesse et un savoir qu'elle a acquis en assimilant d'autres espèces. Elle porte un regard intéressant sur l'humanité.
 

 

Jerri Ryan - Seven of Nine - 30 mars 2001

Au départ, ce n'est pas un être humain. C'est une toile blanche. C'est une bénédiction pour un acteur. C'était une machine, sans autonomie, sans opinions, sans sentiments ni émotions. Tous ces aspects ont été explorés dans des épisodes formidables. Tout est inédit pour elle. Tout est une découverte. J'ai vécu des moments merveilleux, riches et drôles en campant ce personnage.
 

Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Voyager Saison 4