Capsule temporelle Voyager : B'Elanna Torres

roxanedawson1994
Roxann Dawson - lieutenant Torres - 10 octobre 1994
On s'embarque dans quelque chose qui a déjà une réputation, quelque chose d'intègre et de respecté. On arrive conscient que son rôle n'est pas seulement de créer, mais de perpétuer un héritage.
 

 

roxannedawson2003
Roxann Dawson - lieutenant Torres - 4 novembre 2003
Je ne savais pas grand-chose de Star Trek. J'ai passé l'audition parce que je trouvais le personnage intéressant. J'ignorais qu'elle serait maquillée ou ce qu'était une demi-Klingonne. Mais j'aimais son courage, son feu et sa passion. Je trouvais qu'elle était bien écrite et que l'épisode pilote l'était aussi. Je crois que mes amis et ma famille étaient encore plus excités que moi parce qu'ils savaient, plus que moi, ce que l'avenir me réserverait : ce n'était pas qu'un simple rôle. C'est ce qu'on me répétait constamment quand j'ai eu le rôle, que ce n'était pas que ça : il y avait les fans. les conventions... Je me disais alors que je gérerais ces choses-là le moment venu, mais que c'était un rôle comme un autre. Et... ils avaient tous raison.
 

 

roxannedawson1 J'ai gardé les Polaroïds de mes essais maquillage. J'étais plutôt hideuse lors des premiers essais. "Je vais passer 7 ans sous ce maquillage", je leur ai dit. "Ce serait sympa si je pouvais être un peu plus jolie." "Je ne demande pas à être une reine de beauté, mais... "peut-être sans les dents et avec le nez..." J'avais une prothèse nasale qui me remontait jusque-là. J'ai demandé si elle ne pouvait pas être un peu plus humaine. Ou du moins, de faire moitié-moitié. Finalement, le maquillage retenu a coupé la poire en deux. Pour moi, c'était un maquillage de joli monstre. Au bout de nombreux essais, ils ont trouvé un excellent compromis. On a renoncé au dentier, à ma plus grande joie. Pendant les essais avec le dentier, j'ai fait exprès de ne pas arriver à parler. J'ai donc influencé leur décision ! Mais on a trouvé un bon compromis.
 

 

roxannedawson2 "Visages" fait partie des épisodes de la première saison. C'était même l'un des 12 premiers. Je connaissais à peine le personnage, et déjà, on la coupait en deux. Je pensais : "Qui est-ce ? Comment ça, le côté humain et le côté klingon ?" Quand j'ai lu le scénario, j'ai eu peur. Et puis j'ai décidé de m'en servir pour apprendre à mieux la connaître. C'était un épisode à la fois intéressant et très difficile à tourner. Le plus grand compliment qu'on m'ait fait dans cet épisode, c'est lorsque mes parents m'ont appelée et que ma mère m'a dit : "Tu étais très bien, mais la fille qui jouait la Klingonne était géniale." Là, j'ai su que j'avais fait mon travail.
 

 

roxannedawson3 J'avais une merveilleuse actrice qui faisait ma doublure. Il fallait qu'elle soit maquillée au cas où on verrait son nez par-dessus l'épaule. Elle m'observait et ensuite reproduisait fidèlement tous mes gestes, pour les deux B'Elanna, l'humaine et la Klingonne. Sans elle... Elle m'a évité de jouer dans le vide. Elle a été formidable. Mais c'était moi des deux côtés. C'était fantastique de voir l'épisode fini, parce que pendant le tournage, on ne voit qu'un côté. Mais quand on voit l'épisode fini, on se voit jouer les deux personnages.
 

 

roxannedawson4 "Fléau" était un concept original. J'adore être surprise par un scénario. Ne pas savoir ce qui va arriver, c'est bien. Ca veut dire que le spectateur non plus ne le saura pas. Je jouais encore face à moi-même, mais cette fois, j'étais un ordinateur. Je devais à tout prix désamorcer cette bombe avant qu'elle n'explose. C'était moi qui l'avais programmée et elle se retrouvait sur notre chemin. J'ai dû beaucoup me parler à moi-même. Il a fallu que je trouve une voix pour l'ordinateur qui soit moi, mais pas tout à fait. Là encore, j'avais des conversations avec moi-même. Je crois que j'ai joué face à moi-même dans plusieurs épisodes.
 

 

roxannedawson5 "Risque extrême" est l'un de mes épisodes préférés. Il est né d'une conversation que j'ai eue avec les scénaristes au sujet de B'Elanna. Je trouvais qu'elle avait en elle une face cachée très obscure qu'on n'avait pas encore explorée. Une face cachée qui, si laissée sans surveillance, pourrait devenir autodestructrice. J'ai pensé qu'il serait intéressant d'explorer cette face cachée. Ils ont eu l'idée de ce superbe épisode. J'adorais le titre : "Risque extrême", car B'Elanna étant intrépide comme elle l'était, les gens trouveraient normal qu'elle prenne des risques. B'Elanna serait la seule à savoir qu'elle prend le risque de se blesser physiquement. Une envie issue d'un dégoût d'elle-même qu'elle a besoin d'explorer. C'est donc devenu un drame à la fois physique et psychologique. Je trouve qu'ils ont très bien abordé le sujet.
 

 

roxannedawson6 De tous les épisodes, c'est "Lignée" qui m'a le plus touchée personnellement. Je ne sais pas si c'est parce que je venais moi-même d'avoir un bébé. mais en tout cas, le sujet de l'épisode m'interpellait. Le scénario était très bien écrit et abordait des sujets importants et très actuels. Mais surtout, je trouvais que c'était une histoire humaine qui levait le voile sur le personnage de B'Elanna. A la fin du scénario, j'étais en pleurs. B'Elanna voulait changer le patrimoine génétique de son enfant afin de la protéger et de lui éviter de vivre ce qu'elle-même avait vécu. Elle avait gardé en mémoire ses souffrances d'enfant. C'est tellement immoral et pourtant c'est fait avec tant d'amour qu'il y a tous ces différents niveaux. J'ai trouvé que c'était une très belle idée qui définissait exactement B'Elanna. Je crois que c'est dans cet épisode que B'Elanna est le plus B'Elanna. L'épisode nous dévoile son passé et tous les aspects de sa personnalité. J'ai vraiment adoré cet épisode. Je crois bien que c'est mon préféré.
 

 

roxannedawson7 J'aimais beaucoup sa fougue, au début. Mais je sais que les scénaristes ont voulu que j'atténue son agressivité presque tout de suite. Ils trouvaient qu'elle ne pouvait pas être ingénieur en chef sinon. Et d'une certaine manière, ils avaient raison. mais j'aurais aimé qu'elle résiste un peu plus longtemps avant de se laisser amadouer par ce poste. Mais ça ne m'a pas empêchée d'explorer ces aspects-là de sa personnalité. Sa relation avec Paris, c'était une bonne idée. J'aime voir deux personnes modernes à forte personnalité essayant de se trouver. J'ai pensé que c'était là l'occasion d'explorer en profondeur... une relation idéale du futur entre deux personnalités fortes qui s'écartent des stéréotypes mais s'efforcent de trouver le moyen de faire route ensemble. Une relation qui finira par donner naissance à un bébé. Quand on regarde la B'Elanna des débuts. on se dit qu'elle restera toujours seule. Alors finir mariée et avec un enfant au bout de 7 ans. ce n'est pas mal.
 

 


 

Roxann Dawson, Réalisatrice

 

roxannedawson8 J'ai commencé à réaliser les deux dernières années de Voyager. J'ai réalisé deux épisodes de Voyager et ensuite, j'ai continué sur Enterprise, la nouvelle série. C'est agréable de pouvoir travailler sans avoir le visage maquillé. Le problème sur Voyager, c'est que j'étais réalisatrice et actrice. Bien sûr, il faut compter une heure et demie pour le maquillage... Pardon, deux heures et demie. Et une heure pour le démaquillage. Deux heures et demie de maquillage et ensuite, faire la réalisatrice avec tout ce latex sur le visage... C'est dur de me prendre au sérieux, alors c'est bien de séparer les deux. J'ai eu la chance d'avoir un excellent scénario ma première fois, et de grands acteurs. Tim Russ et Ethan Phillips ont été formidables. Quand on donne aux acteurs un bon scénario et la chance d'explorer des facettes de leur personnage qu'ils n'ont pas encore eu la chance d'explorer, ils adorent ça. Je le sais, je suis actrice. On saute sur l'occasion. Et c'est ce qu'ils ont fait. Ils m'ont fait confiance et c'était merveilleux, parce que ce n'est pas toujours le cas. Mais ils m'ont fait confiance et je crois que tous les trois, on a fait un très bel épisode. Un épisode dont je suis fière.
 

 


Roxann Dawson, Ecrivain

 

roxannedawson9 Simon & Schuster m'ont contactée la deuxième année de la série et m'ont demandé si j'aimerais écrire. J'avais déjà un peu écrit, mais surtout pour le théâtre. Ils m'ont demandé si j'aimerais écrire une trilogie. J'ai répondu que oui, mais que je ne saurais pas par où commencer. Ils m'ont dit qu'ils me mettraient avec quelqu'un qu'ils avaient choisi et qu'ensemble, nous pourrions écrire ces livres. Il fallait que le personnage central soit une femme forte et que l'histoire soit futuriste. Je suis très fière de ces livres. Le dernier vient de sortir. Dan Curry a fait les couvertures des éditions de collection. Je suis très fière de l'histoire que nous racontons. Je trouve qu'elle se lit bien, si je peux me permettre de dire ça ! B'Elanna était quelqu'un... de très accessible parce qu'elle incarnait ce que nous avons tous en nous. un côté obscur et un côté clair. C'est une lutte intérieure constante entre ces deux facettes. C'est ce qui fait de nous des humains. Beaucoup de gens y ont été sensibles. Je recevais du courrier de la part de fans issus de métissage qui hésitaient à s'identifier à une race ou à l'autre. Ou de fans ayant des problèmes psychologiques et luttant intérieurement entre leur côté obscur et leur côté clair. Ces lettres, ces rencontres comptaient beaucoup pour moi. Pouvoir interpréter un personnage qui touche les gens... et qui les aide dans certains aspects de leur vie. c'est vraiment un grand privilège. J'espère avoir composé un personnage qui, au fil des années et des rediffusions. continuera à toucher les gens. Un personnage qui sera éternel. Et que mes enfants, en regardant, pourront saisir ce que j'ai essayé de faire. C'est ce qui me ferait plaisir.
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Voyager Saison 5