Invité vedette : portait de Vaughn Armstrong

 

vaughnarmstrong
Vaughn Armstrong - 9 avril 2003
J'ai fait 11 personnages différents dans quatre séries différentes. Il n'y a que dans la Classique que je n'étais pas. Ma première convention a eu lieu à Blackpool en Angleterre. C'est d'ailleurs là que j'ai commencé à jouer de l'ukulele. On m'avait dit que je discuterais un peu avec le public. J'ai cru que je serais sur scène avec d'autres acteurs devant une soixantaine de personnes qui nous poseraient des questions. Je suis dans les coulisses... Et soudain, j'entends un grondement. Je demande à l'organisateur ce que c'est. Il me dit de prendre un des micros sur scène et là, la musique commence, c'est le générique de Voyager... Il me dit d'y aller, j'y vais et je me retrouve seul sur scène devant 3000 personnes. Je n'ai aucune idée de ce que je suis censé leur dire. Je regarde derrière moi à la recherche d'une sortie de secours, et là je vois mon visage en gros plan sur un écran de 10 m de haut. Les pores de ma peau sont gros comme ma tête. Alors, j'ai bougé un peu sur scène, essayant de provoquer les questions. Je n'avais encore jamais eu un tel trac sur scène de toute ma vie. Bob Picardo passait après moi. Il est arrivé avec ses magnifiques chansons sur son personnage. Ca m'a donné une idée. Je me suis dit : "C'est ça qu'il faut faire." J'ai mis mon support harmonica, j'ai pris mon ukulele et j'ai composé trois petites chansons sur Star Trek. Dès que j'entre sur scène, je menace de chanter.
 

 

vaughnarmstrongsing
 
chanson
J'ai le blues de l'Enterprise
Je broie du noir
Tu t'es envolé dans l'espace
Tu t'es envolé sans moi
Allez, je veux un beau front
Je veux repasser à la télé
N'importe quelle créature
Je sais faire
Oui, je peux être klingon
Le plus beau Klingon qui soit
Allez, je veux un beau front
L'Enterprise, t'en va pas
Coucou, le cou du Cardassien
Klingon, je vois rouge
Ca me donne le blues
Hirogen, j'adore la chasse
Mon Borg, c'est un as
Mon Vidiien est difforme, pas la forme
Tu as le blues
Maintenant, je suis amiral j'ai plus de poids
Espérons qu'on me renvoie pas chez moi
Sinon je crierai de vive voix
J'ai le blues
J'ai le blues de l'Enterprise
Et ça continue.
 
doctorsing
 

 

vaughnarmstrong1 Le premier, c'est facile. C'était un Klingon dans LNG, Korris dans "Gloire et Patrie". C'est dans cet épisode qu'est suggéré pour la première fois que les Klingons sont traîtres, mais honorables. En tout cas, dans mes souvenirs, Je me souviens qu'on a choqué tout le monde en poussant notre grand "cri de la mort". Le personnage suivant, c'était dans Deep Space Nine. La première saison, le deuxième ou troisième épisode, un Cardassien du nom de Gul Danar. Je ne l'ai pas très bien réussi. Je l'ai joué trop klingon. Les autres Cardassiens, j'ai mieux compris. Ce sont un peu les Nazis de l'univers. Ils ne sont pas honnêtes, il faut toujours se méfier d'eux. Ils ont cette soif insatiable de pouvoir, ce désir de devenir la classe dirigeante. Les Klingons ne sont pas comme ça. Un Klingon est carré. Ce Cardassien, je l'ai joué trop carré.
 

 

vaughnarmstrong2 Les séances de maquillage sont difficiles. Ce personnage en particulier. c'est ce qui a été le plus long : le maquillage. Une fois devant la caméra, toutes les scènes ont été filmées en une seule prise. Ca a fait rire tout le monde. Personne n'en revenait. Le tournage en soi n'avait duré qu'une demi-heure. C'est tout ce dont je me souviens, à part les lentilles de contact ! Je déteste porter des lentilles ! Mais c'est ainsi que j'ai vécu le Vidiien.
 

 

vaughnarmstrong3 Two of Nine, le frère aîné de Seven en quelque sorte... Ce qui m'a plu chez ce personnage, c'est qu'au départ, c'était quelqu'un de libre et qui, devenu borg, commence à avoir des visions de son ancienne vie en tant qu'individu. Et petit à petit, au fil de ses visions, le désir de liberté grandit en lui. A partir de là, il part en quête de la liberté individuelle. A la fin, ils doivent faire un choix : vivre 120 ans avec les Borgs ou rester libres, mais n'avoir que deux semaines à vivre. Et c'est ce qu'ils choisissent : deux semaines de liberté. J'ai adoré ça. Vraiment.
 

 

vaughnarmstrong4 Elle connaissait vraiment le personnage que j'allais jouer, parce qu'elle était passée par là. Je lui ai posé beaucoup de questions et elle m'a beaucoup aidé. Par exemple, pour la scène où nous sommes assis autour d'un feu. Elle a dit : "Les Borgs ne s'assoient pas. C'est très significatif." A partir de là, la scène a complètement changé. Elle a été très aimable et très gentille. Très agréable et excellente actrice. J'ai beaucoup aimé travailler avec Jeri.
 

 

vaughnarmstrong5 J'ai auditionné pour le rôle de Koroth à l'occasion de l'attraction Star Trek : L'expérience. Je suis donc venu passer l'audition et... C'est quoi déjà sa réplique ? "Vous regretterez de m'avoir défié !" Plusieurs personnes dans la salle ont sursauté. J'ai su à ce moment-là que j'avais le rôle. Il est revenu ensuite dans le dernier épisode de Voyager, mais en beaucoup plus vieux. La technique nécessaire à la composition d'un personnage sous une telle couche de caoutchouc est très utile. Il faut commencer par l'humain et dépasser ce stade parce qu'il n'est pas humain. Mais la créature n'est réussie que si l'on puise d'abord dans son humanité. C'est un peu la philosophie de Star Trek. On a beau avoir un front et des oreilles en caoutchouc, on reste humain. On a tous un coeur qui attend de faire du bien, quelque part. Même les Klingons ont du bon. Ce qui était de la traîtrise est devenu de l'honneur. Ils font ressortir le meilleur et même le pire chez ces créatures de l'espace. En tout cas, ils essaient de trouver le bien.
 

 

vaughnarmstrong6
 
vaughnarmstrong7
 

 

vaughnarmstrong8
 
vaughnarmstrong9
 

 

vaughnarmstrong10
 
vaughnarmstrong11
 

 

J'ai apprécié la richesse des personnages. Tous les personnages, quels qu'ils soient, même humains. J'ai adoré faire l'amiral Forrest, Surtout les deux derniers épisodes. C'est cette richesse des personnages que j'ai surtout aimée.
 

Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Voyager Saison 6