Braver l'inconnu : saison 7

katemulgrew20010321
 
 
 
 
 
J'ai passé des moments merveilleux. Ca a été une saison en or pour moi. Toutes sortes de dilemnes intéressants pour Janeway. J'ai particulièrement aimé ceux qui la confrontent à elle-même. C'est le cas dans "Travaux forcés", un épisode qu'on vient de faire. Janeway est temporairement hors de son élément. C'est une autre époque et une autre Janeway. L'épisode explore toute son humanité avant de la renvoyer dans la réalité de la série. Toute la tristesse qui en résulte, ainsi que tout le côté science-fiction.
 

 

katemulgrew20030330
 
 
 
 
 
J'ai adoré cet épisode. Je me suis bien amusée. Roxann était à la réalisation, Robert Beltran avait un rôle intéressant, et moi, j'avais un amoureux. Un acteur formidable. C'était très sympa. Les deux Janeway étaient merveilleuses. Celle qui travaille à la centrale, qui tombe amoureuse, qui profite, qui s'amuse bien. Et le capitaine qui vient lui rappeler que cette vie n'est pas la sienne. C'est merveilleux à jour ! Du pur Star Trek !
 

 

rickberman20010417
 
 
 
Quand on crée une série de télévision, on invente des personnages sans passé ou presque, si ce n'est quelques éléments. Ensuite, on engage un acteur pour interpréter le personnage et cet acteur lui apporte sa touche personnelle. Finalement, au bout de 20, 50 ou 150 épisodes, le personnage gagne en histoire personnelle et en profondeur. Il s'étoffe progressivement. C'est ce qui est arrivé à nos personnages. On ignorait que le personnage du docteur prendrait une telle ampleur, ou qu'il deviendrait populaire à ce point. Ou qu'on prendrait autant de plaisir à écrire pour lui : sa fascination pour l'être humain, sa condition d'hologramme. Droits holographiques ou histoire d'amour, le personnage a continué à grandir jusqu'au tout dernier épisode. Il reste l'un des personnages les plus aimés.
 

 

robertpicardo20031104
 
"De chair et de sang" est le seul épisodeen deux parties qui tourne autour du docteur.Ce sont deux heures palpitantes.Je m'en souviens parce qu'un de mes amis jouait dedans. Jeff Yagher, mon ami depuis 9 ou 10 ans.Ca a été un vrai plaisir de travailler avec Jeff. Il a été formidable dans le rôle de ce personnage messianique qui allait libérer les hologrammes de l'oppression de leurs maîtres. Au départ, c'est un personnage qui plaît beaucoup au docteur. Il parle un langage que le docteur semble comprendre. Mais petit à petit, il perd les pédales et commence à se prendre pour le messie des hologrammes. Le docteur doit renoncer à l'admiration qu'il lui porte et lui dire qu'il est fou, qu'il agit mal. Que la fin ne justifie pas les moyens. C'est un excellent épisode. Il y a une scène où le docteur doit mourir virtuellement. Il doit faire l'expérience de la douleur et de la mort afin de mieux comprendre la souffrance des hologrammes conçus par les Hirogens pour être leurs proies dans leurs holoprogrammes. Le docteur comprend ce que c'est que d'être traqué constamment, de mourir d'une mort affreuse avant d'être relancé et de revivre à nouveau toute la séquence. La scène où je suis pourchassé dans les sous-bois, puis capturéet éviscéré par un Hirogen, est une scène que je ne voudrais pas refaire.
 

 

brannonbraga20030825
 
 
 
 
 
"Erreur humaine"est le dernier épisode de Voyager que j'ai écrit. C'est l'épisode où Seven explore ses sentiments amoureux et découvre qu'elle a un implant cérébral qui fait barrageet qui la tuera si elle continue à expérimenter. C'était un épisode intéressant. Il établissait un parallèle avec les personnes victimes d'abus ayant du mal à accepter leurs émotions. Mais c'était également l'introduction d'un élément tragique, à savoir qu'elle ne redeviendra jamais humaine. On avait dit à l'époque que cet épisode serait le prélude à sa mort prévue pour le tout dernier épisode, mais ça n'a pas été le cas.
 

 

jerriryan_20010330 Seven a souvent eu l'occasion d'explorer son humanité, ce qui est sympa.
 

 

jerriryan_20010330 On s'est dit, à la fin de la 3ème saison, qu'il fallait rajouter quelque chose. Il manquait un petit quelque chose à la série, et c'est là qu'on a eu l'idée d'un personnage borg féminine t qu'on a découvert Jeri Ryan. Elle est arrivée avec une approche totalement différente de la nôtre. Seven of Nine a beaucoup apporté à la série ces quatre dernières années. C'est fascinant. Sa relation avec le capitaine, le docteur, l'humanité... sa découverte de son humanité, et avec les Borgs. Seven a énormément évolué.
 

 

roxanndawson20010329
 
 
 
 
 
On est sans doute devenus le "couple Starfleet" de la série. Leur relation est racontée de façon intéressante. Parfois en toile de fond, parfois au premier plan. Quoi qu'il en soit, cette relation a été l'occasion d'explorer différents aspects de mon personnage et du personnage de Robert Duncan McNeill. On s'est bien amusés, c'était sympa. On va bientôt avoir un bébé. Nous avons fait du chemin. Il s'agit de deux personnes volontaires au tempérament de feu qui se trouvent et apprennent à résoudre leurs différences sans se perdre.
 

 

katemulgrew20010321
 
 
 
 
 
 
C'est quelqu'un d'extraordinaire. En sept ans, je ne l'ai jamais entendu se plaindre. Il nous mettait toujours de bonne humeur. C'est un homme d'une grande générosité et d'une bonté vraie et profonde. La scène d'adieu dans le couloir a été à la limite du soutenable. Il est toujours pénible de se dire au revoir. On n'est que des animaux, après tout. Soudain, on sanglote sans savoir pourquoi.
 

 

robertpicardo_20031104 Il y a eu quelques larmes, ce jour-là, parce que c'était vraiment le début de la fin, même s'il restait encore trois ou quatre épisodes à tourner. C'était le premier signeque nous nous approchions de la fin. Une journée très triste.
 

 

timruss20031028
 
 
 
 
 
Ce jour-là a été plus dur, et c'était vrai pour nous tous, que mon tout dernier jour de tournage, que j'ai trouvé plutôt décevant. Le tournage de la scène dans laquelle Ethan Phillips quitte le vaisseau a été beaucoup plus fort en émotions.
 

 


SOUVENIRS

 

roxanndawson_20010329 Ce qui change, c'est d'avoir le même rôle pendant sept ans. Parce qu'un acteur, c'est un peu un gitan. On change de travail constamment. On est habitué à entrer dans un groupe uni, puis à dire au revoir. On est habitué à enchaîner les rôles. On est habitué à déménager. On est habitué au changement. Ces sept dernières années ont été tout sauf ça, et ça a vraiment changé ma vie.
 

 

jeriryan20010330
 
 
 
 
 
 
Le souvenir le plus drôle que je garde, celui que je préfère... Je crois que c'était ma première saison. L'inauguration du labo d'astrométrie. L'une des rares scènes rassemblant les neuf acteurs. Les garçons se sont mis à danser la danse celtique, en sautillant un peu partout. Il a fallu retoucher mon maquillage pendant 20 minutes. Je riais tellement que mon mascara coulait.
 

 

ethanphillips20010330
 
 
 
 
 
 
 
Quand une série dure si longtemps, c'est un peu comme dans un village médiéval. Tout le monde a son rôle : la couturière, la coiffeuse,le technicien... C'est un travail d'équipe. Chaque jour, on entre dans la forteresse Paramount, où tout le monde fait son pain quotidien. Ca va être dur de dire au revoir à tout ça.
 

 

roxanndawson_20010329Je crois qu'on fait simplement partie d'une série populaire qui existait avant nous et qui existera après nous. On fait simplement partie de cet univers merveilleux.
 

 

robertpicardo20010330
 
 
 
 
 
 
 
Il y a tant de messages positifs dont je n'étais que vaguement conscient au départet que maintenant je comprends pour avoir joué dans la série et rencontré beaucoup de fans qui admirent Star Trek.
 

 

robertduncan20010329
 
 
 
 
 
 
C'est un univers qui a pris vie et qui évolue constamment. Les fans veulent explorer les personnages, leur passé, leur futur et continuer à faire vivre cet univers. Je ne serais pas étonné d'apprendre que la série continue à exister après nous. Star Trek a atteint ce niveau de réalité à bien des égards.
 

 

brannonbraga20010321
 
 
 
 
 
Dans un sens, Star Trek représente pour la science-fiction ce que Disney représente pour beaucoup de gens en termes d'animation. Ceux qui aiment Star Trek savent à quoi s'attendre. Ils savent qu'ils peuvent s'attendre à une production de qualité, à un scénario de qualité qui aura un message profond et à des personnages intéressants. Et non à de la science-fiction de pacotille ou à une production post-apocalyptique. Ils savent qu'ils peuvent s'attendre à de la science-fiction de qualité.
 

 

jerriryan_20010330 Ce qui a fait le succès de Star Trek depuis plus de 30 ans et ce qui a fait son originalité, c'est sa vision optimiste du futur. Tout le reste est si pessimiste, si sombre et si nihiliste. Cette série donne au contraire un aperçu positif du futur. Les gens ont besoin de ça et veulent pouvoir se raccrocher à ça. Voyager entretient la tradition.
 

 

jerriryan_20010330 Star Trek plaît aux gens pour deux raisons. Un, ça fait partie du paysage audiovisuel. Dans un monde où prolifèrent les chaînes de télévision, les films, et la variété sous toutes ses formes. Star Trek est gravé dans l'esprit des gens. La série existe depuis 35 ans. Qui n'a jamais entendu parler des Klingons, de "Téléportez-moi, Scotty" ou de la vitesse de distorsion ? C'est entré dans la culture. Et c'est quelque chose qui met les gens à l'aise. Et deux, Star Trek a toujours présenté une vision positive et optimiste du futur. C'est rare en science-fiction, et les gens aiment ça.
 

 

katemulgrew20030330
 
 
 
 
 
 
 
J'adore la philosophie de Star Trek. C'est une philosophie à la fois noble et durable. Pourquoi croyez-vous que la série ait eu autant de succès ? Parce que les gens meurent d'envie de voir 165 personnes perdues dans un quadrant de l'espace ? Non, parce qu'ils sont intelligents. Et qu'on est une espèce noble.
 

 


Cet article est la retranscription d'un bonus du coffret DVD Voyager Saison 7